Des résultats d’élection sans incidence majeure sur l’économie

October 28, 2019 James Virgo

Heureusement, le processus électoral canadien est court comparativement au processus complexe qui traîne en longueur chez nos voisins du sud.

Au terme d’une campagne de 40 jours divertissante et remplie de rebondissements, le vote de la semaine dernière a mené au pouvoir un gouvernement libéral minoritaire. Durant cette période, aucun événement inattendu n’est venu ébranler notre position sur l’économie et les marchés du Canada. Il n’y a aucun changement significatif aux politiques en vue et donc rien à craindre pour la croissance ou les perspectives d’inflation au pays.

Les divisions régionales ne furent une surprise pour personne

Le partage des votes a donné lieu à une carte électorale très colorée le soir de l’élection, mais il reflétait également quelques-uns des thèmes et des défis qui ont jadis pesé sur notre économie nationale.

De la faiblesse du secteur du pétrole et du gaz de l’Ouest aux obstacles au commerce interprovincial, en passant par les conditions météorologiques extrêmes et les messages contradictoires en matière de changements climatiques, les résultats du scrutin ont provoqué une sensation de déjà-vu quant aux sentiments des électeurs à travers le pays.

Les marchés en grande partie imperturbables devant les résultats

L’élection de lundi soir n’a pas suscité de grande réaction chez les investisseurs. Le premier ministre Justin Trudeau dirige maintenant un gouvernement minoritaire fort, le NPD étant son allié le plus probable. Rien ne laisse présager le déclenchement prochain d’une élection par les partis de l’opposition, réduisant ainsi l’incertitude qui pourrait alimenter la volatilité des marchés.

Le Canada dans le monde

Le Canada a connu une solide croissance au cours des quatre dernières années, sous la direction d’un gouvernement libéral. Cette croissance est largement attribuable aux effets d’un cycle économique mondial long et soutenu - l’un des plus durables jamais enregistrés. Aujourd’hui, à l’approche des dernières phases du cycle économique et manufacturier, nous prévoyons un ralentissement de la croissance, mais peu de signes laissent entrevoir un déséquilibre économique généralement précurseur d’une récession.

Il faudra certainement surveiller les événements comme la ratification de l’Accord Canada–États-Unis–Mexique renégocié, les effets du Brexit, les échanges commerciaux avec la Chine et, bien sûr, toute surprise du gouvernement Trump dans les nombreux mois précédant les élections américaines 2020.

Comme d’habitude, ces scénarios et d’autres font l’objet d’analyses constantes et nous surveillons attentivement les événements susceptibles d’influer sur notre positionnement et sur les marchés dans leur ensemble.

Si vous avez des questions au sujet de votre portefeuille, nous vous invitons à communiquer avec votre conseiller MD.*

* « Conseiller MD » désigne un conseiller financier de Gestion MD limitée (au Québec, un conseiller en placement) ou un gestionnaire de portefeuille de Conseils en placement privés MD.

A propos de l'auteur

James Virgo

James Virgo, CFA, CFP, MBA, est vice-président et responsable national de Conseils en placement privés MD (CPPMD), une division de Gestion financière MD. Il supervise les pratiques et la prestation de conseils en placement pour l’ensemble de CPPMD.

Plus de contenu de James Virgo
Article précédent
Prudente, la Banque du Canada maintient ses taux dans l’attente du véritable test économique
Prudente, la Banque du Canada maintient ses taux dans l’attente du véritable test économique

Prudente, la Banque du Canada maintient son taux cible de financement à un jour à 1,75 %, dans l’attente du...

Article suivant
États-Unis : freiner la hausse vertigineuse des prix des médicaments
États-Unis : freiner la hausse vertigineuse des prix des médicaments

Qu’elles surviennent avant ou après les élections de 2020, les mesures éventuelles de contrôle des prix sèm...