Dans une perspective de durée, la hausse des taux favorise l’épargnant

October 15, 2018 Wesley Blight

 

Blog image

Les taux d’intérêt historiquement bas des dernières années étaient ni plus ni moins la bouée de sauvetage lancée par les banques centrales pour maintenir à flot l’économie et survivre à la crise financière mondiale. Dix ans plus tard, l’économie est rétablie et l’heure du sevrage a sonné.

Le mois dernier, la Réserve fédérale des États-Unis a annoncé la troisième majoration des taux de 2018, sa plus importante en plus de dix ans. La Banque du Canada maintient son taux à 1,5 %, mais la hausse semble imminente et sa probabilité s’est accentuée avec la conclusion d’un accord commercial avec les États-Unis et le Mexique.

La hausse des taux ébranle à court terme les marchés obligataires

L’augmentation des taux est un signe de bonne santé économique et est donc intrinsèquement une bonne nouvelle. Tant que l’inflation reste sous contrôle, ce mouvement à la hausse favorise la compétitivité des prêts, récompense les épargnants et accroît les revenus des retraités.

Dans l’immédiat cependant, cette remontée des taux perturbe les marchés obligataires.

Généralement, lorsque les taux d’intérêt augmentent, les prix des obligations baissent. En effet, plus les taux augmentent, moins les obligations émises antérieurement sont attrayantes sur le marché de la revente. Jusqu’à maintenant cette année, le bilan de la plupart des indices obligataires canadiens est négatif, un résultat que nous attendions dès que les décideurs politiques commenceraient à retirer les mesures de stimulation monétaires.

Nous avions donc positionné les portefeuilles et fonds MD de manière à accroître leur résistance, à préserver les capitaux et à profiter des possibilités sur les marchés mondiaux des titres à revenu fixe.

La diversification mondiale facilite la transition vers des taux d’intérêt plus élevés

Pour nous préparer à ce virage attendu, nous avons de manière proactive modulé le contenu des fonds et portefeuilles de titres à revenu fixe MD afin de protéger les capitaux.

La durée moyenne de notre portefeuille est inférieure à celle de l’indice de référence et nous sommes bien positionnés dans la perspective d’un aplatissement de la courbe des taux de rendement, soit d’une augmentation des taux à court terme supérieure à celle des taux à long terme.

Tout en conservant une forte proportion d’obligations canadiennes (fédérales, provinciales, municipales et de sociétés), nous avons diversifié le portefeuille en y greffant des titres mondiaux moins sensibles à la hausse des taux d’intérêt et susceptibles de générer un surcroît de rendement.

Une sélection judicieuse de titres à revenu fixe pour un surcroît de rendement ajusté au risque

Nous nous efforçons d’accroître le rendement ajusté au risque en faisant l’acquisition de placements comme ceux-ci :

  • obligations étrangères émises par des pays ou des marchés émergents moins touchés par la hausse des taux d’intérêt et où les facteurs fondamentaux du marché sont solides;
  • ont priorité sur les autres titres de ces mêmes émetteurs à des fins de protection du capital, de production d’un revenu additionnel (souvent comparable à ceux de titres de qualité moindre) et d’accès à des taux variables élevés qui sont encore plus avantageux dans un contexte de hausse des taux d’intérêt;
  • de qualité supérieure.

Maintenez vos placements pour profiter de la hausse des taux d’intérêt à long terme

Avec la hausse des taux d’intérêt, les titres à revenu fixe finiront par générer de meilleurs rendements et nous avons positionné les fonds et portefeuilles MD en conséquence tout en nous efforçant d’atténuer les risques et de préserver les capitaux au cours de la transition.

Nous continuons de croire à une augmentation modeste des taux, car dans un proche avenir, l’économie canadienne devrait croître à un rythme se rapprochant de son potentiel véritable. Pour l’instant, les taux obligataires demeurent très bas, mais la diversification de nos portefeuilles de titres à revenu fixe devrait optimiser le rendement total ajusté au risque tout en préservant les capitaux pendant que les cours obligataires s’ajustent à la hausse prévue des taux de rendement.

La hausse des taux d’intérêt crée un environnement difficile pour les épargnants détenteurs de titres à revenu fixe et continuera d’atténuer les rendements à court terme. Toutefois, vous pouvez avoir l’assurance qu’avec le temps, les titres à revenu fixe contribueront favorablement au rendement de votre portefeuille et en réduiront efficacement la volatilité.

Pour en savoir plus sur ce que nous pouvons faire pour gérer les risques de marché et sur l’importance de maintenir vos placements à toutes les phases du cycle des marchés pour atteindre vos objectifs de placement, nous vous invitons à communiquer avec votre conseiller MD.

A propos de l'auteur

Wesley Blight

Wesley Blight, CFA, CIM, FCSI, is an Assistant Vice President with the Investment Management and Strategy team at MD Financial Management. He is responsible for the investment results of the firm’s fixed income and multi-asset products.

Plus de contenu de {{subst.}}
Article précédent
Rappel : la volatilité des marchés est un phénomène normal

Un simple coup d’œil sur les manchettes de la dernière semaine suffit pour comprendre qu...

Article suivant
L’ALENA est mort, vive l’Accord États-Unis-Mexique-Canada (AEUMC)!
L’ALENA est mort, vive l’Accord États-Unis-Mexique-Canada (AEUMC)!

Il a fallu 13 mois au Canada, aux États-Unis et au Mexique pour conclure le nouvel ALENA, l'Accord États-Un...