COVID-19 et mise à jour sur les marchés : la Chine est-elle de retour?

April 9, 2020 Mark Fairbairn

Pendant que le reste du monde s’astreint au confinement dans l’espoir de ralentir la propagation de la COVID-19, la Chine commence à lever les restrictions et montre des signes de retour à la normale. L’achalandage dans les boutiques Apple est peut-être le signe le plus révélateur de cette relance.

Dans la foulée de la réaction sans précédent de la Chine à l’éclosion virale, Apple avait temporairement fermé en février toutes ses boutiques dans le pays. La Chine étant son deuxième marché en importance, l’entreprise avait revu à la baisse le 17 février dernier des prévisions financières qui dataient d’à peine un mois. Les ventes d’iPhone en Chine ont plongé à 494 000 unités en février 2020, comparativement à 1,27 million d’unités en février 20191.

Un mois plus tard, soit le 13 mars, Apple fermait toutes ses boutiques à l’extérieur de la Chine et a rouvert ses 42 boutiques chinoises. À l’heure actuelle, la Chine est le seul endroit sur la planète où il est possible de faire des achats en personne dans une boutique Apple.

Premier touché, premier sorti?

Maintenant que la COVID-19 semble sous contrôle en Chine (les nouveaux cas déclarés sont très peu nombreux et généralement imputables à des arrivées de l’étranger), les restrictions ont été assouplies après deux mois d’un confinement extrêmement sévère dans les régions les plus touchées.

La Chine impose désormais des restrictions aux personnes qui arrivent de l’étranger, mais a levé celles qu’elle imposait aux voyageurs en provenance de la province de Hubei, qu’il est désormais permis de quitter, même pour se rendre dans des grandes villes comme Beijing et Shanghai. Les personnes qui reviennent de cette province doivent toutefois observer une période de confinement de 14 jours à la maison. Tout n’est donc pas encore réglé, mais clairement, des progrès sont enregistrés. Les restrictions de voyage qui touchent Wuhan, capitale de la province du Hubei et épicentre de l’épidémie, ont été levées à 12 h, le 8 avril (heure locale).

Les cinémas demeurent fermés, mais les centres commerciaux ont rouvert. Et même si les restaurants servent surtout des plats pour emporter, un ami à Beijing a écrit sur les médias sociaux avoir mangé de la fondue chinoise au restaurant pour la première fois depuis des mois. Tout comme déambuler dans une boutique Apple, manger au restaurant semble pour l’instant un privilège réservé aux Chinois. Le zoo de Beijing accueille de nouveau des visiteurs et fonctionne à 30 % de sa capacité. En ce qui concerne les bureaux, les autorités demeurent prudentes (combinaison de télétravail, d’horaires en rotation et de lieux de travail de substitution) et les règles de distanciation sociale continuent de s’appliquer. Bref, même si la flambée de COVID-19 semble maîtrisée et le retour au travail en voie de s’opérer, la vie en Chine est encore loin de la normale.

Les statistiques témoignent d’une reprise des affaires

Selon les statistiques, l’activité économique en Chine reprend du rythme. La production d’électricité, la consommation, la congestion routière et la pollution de l’air sont de nouveau en hausse, ce qui dénote une accélération de la production industrielle.

Selon le Bureau de la statistique de la Chine, l’indice des gestionnaires des achats (un indicateur des tendances économiques générales dans les secteurs de la fabrication et des services) s’était effondré, passant de 50,0 (situation stable, mais saine) en janvier à 35,7 (contraction importante) en février. Il a depuis rebondi à 52,0 (expansion) en mars2. On est encore loin d’un retour à la normale, mais l’activité économique a cessé de ralentir et est plutôt sur la voie de la relance.

Le Bureau national de la statistique indique aussi que le taux de reprise du travail dans les grandes entreprises avait grimpé à 98,6 % au 28 mars3. Selon le ministère de l’Industrie et des Technologies de l’information, la reprise du travail dans les petites et moyennes entreprises atteignait 76,8 % le 29 mars dernier3.

Comme la plupart des statistiques officielles communiquées à propos du nombre d’infections et de décès liés à la COVID-19 en Chine, ces statistiques sont passées au crible. Pour avoir une meilleure idée du niveau réel d’activité, nous nous sommes entretenus avec GMO, notre partenaire sous‑conseiller du Fonds collectif d’actions de marchés émergents GPPMD, pour en savoir un peu plus sur ce que les équipes de gestion chinoises et ses contacts sur le terrain disent. GMO a l’impression que la reprise de l’activité est réelle et qu’on se prépare au retour à une productivité normale.

Les marchés émergents moins développés dans notre mire

Maintenant que l’épicentre de la pandémie s’est déplacé aux États-Unis et en Europe, nous surveillons de près les marchés émergents moins développés. Nombre de ces pays, comme l’Inde, l’Indonésie et le Brésil, comptent des villes populeuses dont la capacité de combattre la pandémie semble limitée par le manque de ressources médicales et d’outils pour gérer les retombées économiques (notamment, une marge de manœuvre monétaire et budgétaire beaucoup plus étroite).

À l’heure actuelle, le Fonds collectif d’actions de marchés émergents GPPMD affiche une position plutôt défensive. Les gestionnaires du Fonds ont concentré leur tir sur les pays de l’est de l’Asie en surpondérant les positions chinoises, taiwanaises et russes (qui sont mieux équipées pour relever les défis actuels). Le Fonds est sous-pondéré en titres indiens et brésiliens.

En terminant, soulignons que le marché chinois est celui qui offre le meilleur rendement depuis le début de l’année, et que bon nombre des positions détenues dans le Fonds collectif ont bien fait. À l’inverse, les titres de nombreux autres marchés émergents comme le Brésil ont fait l’objet d’importantes liquidations. Notre partenaire GMO nous a mentionné être à l’affût d’occasions pour remplacer les titres chinois qui ont bien résisté à la crise par d’autres qui à la limite pourraient provenir de marchés offrant un plus grand potentiel de rendement dès que les signes de stabilisation de l’économie mondiale se préciseront.

Si vous désirez obtenir plus de renseignements sur l’état actuel des marchés ou sur votre portefeuille, n’hésitez pas à communiquer avec votre conseiller MD*, qui sera fera un plaisir de répondre à vos questions.

* « Conseiller MD » désigne un conseiller financier de Gestion MD limitée (au Québec, un conseiller en placement) ou un gestionnaire de portefeuille de Conseils en placement privés MD.

https://www.bbc.com/news/technology-51870725

https://www.cnbc.com/2020/03/31/china-reports-march-manufacturing-pmi-amid-coronavirus-outbreak.html

https://www.cnbc.com/2020/04/02/for-some-chinese-businesses-no-going-back-to-pre-coronavirus-ways.html

À propos de l'auteur

Mark Fairbairn

Mark Fairbairn, CFA, B.Ing., est vice-président adjoint au sein de l'èquipe Gestion multiactif chez Gestion financière MD. Il est responsable des fonds communs et collectifs d’actions non nord-américaines ainsi que du volet de superposition des devises des fonds d’actions.

Plus d'articles de Mark Fairbairn
Article précédent
Banque du Canada : nouvelles mesures de soutien des marchés financiers
Banque du Canada : nouvelles mesures de soutien des marchés financiers

Les dispositions prises pour freiner la COVID-19 ont freiné la croissance. En réaction, la Banque du Canada...

Article suivant
L’actualité boursière, notre point de vue et notre stratégie avec Craig Maddock
L’actualité boursière, notre point de vue et notre stratégie avec Craig Maddock

Craig Maddock parle des conditions boursières, du point de vue de Gestion financière MD et des mesures pris...

×

Abonnez-vous à notre infolettre

J’autorise Gestion financière MD (y compris Gestion financière MD inc., Gestion MD limitée, la Société de fiducie privée MD, la Société d’assurance vie MD et l’Agence d’assurance MD limitée), La Banque de Nouvelle-Écosse et les autres membres du groupe d’entreprises de la Banque Scotia (les « membres de la Banque Scotia ») à me faire parvenir par messages électroniques (courriels et messages texte) des renseignements au sujet de leurs produits et services, de leurs offres, de leurs événements et d’autres renseignements pertinents y compris des renseignements sur les produits et services d’autres partenaires de confiance de la Banque Scotia susceptibles de m’intéresser. Ce consentement est sollicité par Gestion financière MD et chaque membre de la Banque Scotia, y compris toute entité qui pourr
!
Merci
Error - something went wrong!