Skip to main content

Bienvenue dans le métavers

Messages clés

  • Le métavers est un monde numérique entièrement fonctionnel qui complète le monde réel.
  • Les progrès de la technologie et les changements dans les comportements sociaux mènent au métavers.
  • Les entreprises participantes sont celles qui définiront l’Internet de l’avenir.

Dans un geste à haute visibilité, l’entreprise anciennement connue sous le nom de Facebook a misé sur ses ambitions de faire du métavers une réalité et s’est elle-même rebaptisée Meta. Après avoir annoncé cette année des investissements de 50 millions de dollars américains dans le développement de son métavers, l’entreprise a annoncé son intention de faire éclater les limites des médias sociaux pour proposer une expérience Internet entièrement immersive.

Qu’est-ce que le métavers?

Au forum annuel de ses développeurs, Facebook (ou plutôt Meta) a exposé son projet de créer ce qu’elle décrit comme la prochaine évolution des réseaux sociaux : une expérience Internet hautement immersive et intégrée.

Le métavers est perçu comme le successeur d’Internet, la troisième version de ce qui a d’abord été un réseau reliant des ordinateurs partout dans le monde, puis un réseau reliant des appareils mobiles.

En termes très généraux, le métavers est un monde numérique virtuel, tridimensionnel et entièrement fonctionnel ayant une existence parallèle à celle du monde réel. L’idée ici consiste à réinventer complètement à l’intérieur d’un monde virtuel les interactions entre humains du monde entier (entre entreprises et entre entreprises et clients), ce qui rappelle l’univers du film Player One.

Le parc thématique Disney World, bien qu’il ne soit pas (encore) virtuel, est un bon exemple de métavers « non numérique », de monde complémentaire ayant une existence parallèle à celle du monde réel. Lorsque vous franchissez les portes de Walt Disney World (lorsque « vous vous branchez » en quelque sorte), vous vous immergez dans un royaume où vos personnages favoris prennent vie et vous explorez l’univers de vos films préférés. Tout y est « Disney-ifié ».

Les progrès technologiques et l’évolution des normes sociales nourrissent ce mouvement

Deux facteurs influeront sur l’avènement ou non du métavers : les progrès technologiques et le désir des gens de s’y immerger. Dans les deux cas, le climat semble propice. 

Sur le plan technologique, l’écart entre le monde réel et les univers générés par ordinateur ne cesse de se refermer. De surcroît, l’infonuagique met à la disposition des utilisateurs une puissance informatique énorme, et les applications de réalité virtuelle et augmentée sont de plus en plus généralisées.

Sur le plan comportemental, les réseaux sociaux occupent une place de plus en plus importante au cœur des interactions entre personnes et avec les entreprises. La pandémie et son train de restrictions et confinements ont accéléré l’adoption d’outils technologiques comme les réunions virtuelles, la télémédecine et les classes virtuelles.

Grâce aux Zoom, Teams et Skype de ce monde, nous avons réussi à rester en contact les uns avec les autres par écran interposé. Mais est-ce là l’aboutissement technologique ultime? On peut en douter. Les solutions actuelles sont en règle générale bidimensionnelles et ne sont ni très engageantes ni très immersives, car elles sont limitées par les capacités de l’écran. On peut facilement imaginer une solution qui reproduirait des rencontres en personne par l’entremise d’avatars, ce qui ferait éclater les limites en question.

Investir dans le métavers?

Sur le plan des placements, l’énorme potentiel du métavers est enthousiasmant. Les entreprises qui développent des métavers et les technologies connexes construisent l’Internet de l’avenir. Un peu comme celui d’Internet l’a fait, le développement du métavers créera d’innombrables possibilités de placement. Voici quelques exemples de sociétés qui font partie de ce nombre et dont le Fonds collectif d’actions américaines GPPMD détient des actions :

Comme nous l’avons mentionné, Meta Platforms, Inc. (FB) se lance dans le développement d’un métavers, mais elle ne renonce pas pour autant à ses projets de réalité virtuelle (Oculus), de réalité augmentée (Spark AR) et de lunettes intelligentes (Ray-Ban Stories).

Avec ses marques Xbox, Office, HoloLens et Azure, Microsoft Corporation (MSFT) est très présente dans l’univers des jeux électroniques, des logiciels d’affaires, de la réalité virtuelle pour entreprises et de l’infonuagique d’affaires.

En sa qualité de conceptrice et de fabricante d’unités centrales graphiques et de systèmes sur puce, la société Nvidia Corporation (NVDA) se spécialise dans la fabrication des « cerveaux » des consoles de jeu, des automobiles autonomes et de l’intelligence artificielle. Ses produits suscitent aussi la convoitise des mineurs de cryptomonnaies.

Unity Software Inc. (U) est un créateur de moteurs 3D en temps réel utilisés pour fabriquer des jeux et d’autres univers numériques.

Conceptrice de l’application Snapchat, la société Snap Inc. (SNAP) compte déjà plus de 300 millions d’utilisateurs actifs dans un monde virtuel d’avatars, de commerce électronique et de réalité augmentée.

Nul ne sait avec certitude comment se déploieront les métavers sur un horizon de dix ans (y en aura-t-il un seul, plusieurs ou de multiples?), mais les possibilités de placement découlant de cette évolution sont, elles, bien réelles. Nous sommes convaincus que nous saurons reconnaître les entreprises susceptibles de définir les nouveaux modes d’interaction entre personnes, communautés et entreprises sur l’Internet de l’avenir et investir dans celles-ci.

* « Conseiller MD » désigne un conseiller financier de Gestion MD limitée (au Québec, un conseiller en placement).

L’information ci-dessus ne doit pas être interprétée comme des conseils professionnels en placements ou d’ordre financier, fiscal, juridique, comptable ou de nature similaire applicables en contexte canadien ou étranger, et elle ne saurait en aucun cas remplacer les conseils d’un fiscaliste, d’un comptable ou d’un conseiller juridique indépendant.

À propos de l'auteur

RICHARD SCHMIDT, CFA, est gestionnaire de portefeuille adjoint dans l’équipe Gestion multiactif de Gestion financière MD (MD). Il s’occupe principalement des fonds et des fonds collectifs d’actions nord-américaines.

Profile Photo of Richard Schmidt