Élections anticipées : coup de dés ou stratégie politique? Et le Brexit?

April 21, 2017 Patrick Ercolano

Blog image

Plus tôt cette année, j’ai effectué un séjour à Londres afin d’y rencontrer certains des analystes qui étudient le marché pour MD (et pour me régaler du traditionnel « fish and chips » anglais). J’étais à la recherche de points de vue locaux sur le climat politique et économique dans le sillage du vote favorable au Brexit de l’an dernier. Ces rencontres ont bien sûr été utiles, mais le point de vue du chauffeur de taxi qui m’a conduit à l’aéroport à la fin de mon séjour était tout aussi intéressant.

Point de vue local

Mon chauffeur de taxi avait la conviction absolue que le divorce entre le Royaume-Uni et l’Union européenne (UE) serait pratiquement sans conséquence pour lui. Selon lui, les avantages liés au pouvoir décisionnel nouvellement retrouvé par le Royaume-Uni excéderont de beaucoup ceux liés à l’appartenance à l’UE, et le pays cessera de payer pour des services dont il n’a pas besoin. La justesse de ce point de vue demeure à démontrer, mais j’adore ces conversations d’opinion avec des chauffeurs de taxi. Rien ne vaut le point de vue local!

Un mandat fort pourrait accroître le pouvoir de négociation

Le Royaume-Uni a de nouveau vécu des émotions politiques cette semaine lorsque la première ministre, Mme Theresa May, a mis cartes sur table et déclenché une élection précipitée appelant les Britanniques aux urnes dès le 8 juin prochain. Le déclenchement des élections a été approuvé par le Parlement britannique à 522 voix contre 13.

Pourquoi des élections maintenant? Mme May est pourtant bien installée aux commandes et son parti (le Parti conservateur) détient une importante majorité de sièges par rapport à son plus proche rival, le Parti travailliste. Mme May a été élue par ses collègues conservateurs après le départ forcé de son prédécesseur, David Cameron, qui a démissionné après le vote sur le Brexit. Elle fait maintenant le pari qu’une élection populaire lui procurera une forte majorité et un pouvoir de négociation accru face à l’UE.

Pari risqué ou tactique politique intelligente?

Le climat semble favorable à une importante victoire du Parti conservateur. Les sondages du 19 avril dernier donnaient aux conservateurs de Mme May une avance de 21 % par rapport aux travaillistes. Les sondages ne sont pas toujours fiables, mais avec une avance de 21 %, on voit mal comment la victoire pourrait échapper au Parti conservateur.

Cette victoire prolongerait le mandat de Mme May jusqu’en 2022, ce qui atténuerait les chances d’un retrait trop rapide du Royaume-Uni de l’UE, avec toutes les conséquences qui s’y rattacheraient.

Mondrian Investment Partners, le gestionnaire du Fonds international de valeur MD, estime que l’élection d’un gouvernement conservateur majoritaire serait positive pour les entreprises et les actions britanniques, de même que pour la monnaie locale, et probablement pour l’ensemble des marchés boursiers du Royaume‑Uni. Mondrian surpondère actuellement les titres britanniques comparativement à l’indice MSCI EAEO et a récemment ajouté à son portefeuille des actions d’entreprises faisant surtout affaire au Royaume-Uni comme le détaillant de produits de rénovation Kingfisher et la banque au détail Lloyds.

La décision de Mme May constitue-t-elle donc véritablement un coup de dés ou est-ce plutôt une stratégie politique astucieuse? Nous ne le saurons pas avant le 8 juin prochain, mais personnellement, je penche pour la deuxième option.

Nous privilégions les secteurs sûrs

Sans égard aux résultats du scrutin à venir, la méthode de placement de MD et le positionnement de son portefeuille au Royaume-Uni demeurent stables. Nous investissons dans des sociétés de qualité supérieure qui dominent leur marché et dont les assises financières et les forces stratégiques garantissent la prospérité, contrairement à d’autres dont le sort est plus incertain.

Par exemple, Compass Group, un fournisseur britannique de services alimentaires à forfait, fait bonne figure dans le Fonds international de valeur MD. Grâce à sa base de revenus mondiale bien diversifiée reposant sur des clients sûrs comme des écoles, des hôpitaux et des foyers de soins de longue durée, cette entreprise possède des antécédents démontrés de résilience pendant les périodes de crise économique. Elle est aussi la société mère du groupe qui exploite la cafétéria du siège social de MD : je peux donc témoigner personnellement de son succès!

Encore une fois, la parole est aux Britanniques

Même si les « Tories » obtiennent, comme je m’y attends, la majorité recherchée, Mme May ne sera pas au bout de ses peines. Les obstacles seront en effet nombreux et importants au cours des deux années que dureront les négociations en vue du Brexit. En quittant l’Union européenne pour regagner sa pleine souveraineté, le Royaume-Uni devra faire son deuil de certains des avantages que lui apportait son appartenance au bloc économique européen.

« Le temps est venu pour notre pays de trancher », Mme May a-t-elle conclu à l’annonce du déclenchement des élections anticipées. Le 8 juin, la parole sera aux Britanniques.

Patrick Ercolano

Patrick Ercolano, CFA, MBA, est gestionnaire de portefeuille au sein de l’équipe Stratégie de placement chez Gestion financière MD. Il supervise les mandats de répartition stratégique et tactique de l’actif et les fonds communs de placements non traditionnels. De plus, il est membre du Comité du risque et de la répartition tactiques de MD.

Article précédent
Le Canada à l’aube d’une crise hypothécaire? Peu probable.
Le Canada à l’aube d’une crise hypothécaire? Peu probable.

La semaine dernière, j’ai assisté à la soirée annuelle des prévisions de la Chartered Financial Analyst (CF...

Article suivant
Pourquoi investir en Russie?
Pourquoi investir en Russie?

Depuis quelque temps, avec la Russie qui domine les manchettes, on me demande si MD détient des placements ...