Skip to main content

Balado : L’importance du plan financier pour les médecins et leur famille

Dans cet épisode, animé par Julie Gauthier en compagnie de Magalie Selosse, il est question de l’importance de la planification financière pour les médecins et leur famille.

 

 

Écouter sur Apple Podcasts  Écouter sur Spotify  Écouter sur Google Balados

Vous écoutez le balado Littératie Financière, une présentation de Gestion financière MD.

La seule société pancanadienne de services financiers qui se consacre au bien-être financier des médecins et des membres de leur famille.

JG : Bonjour chers auditeurs! Merci de vous joindre à nous pour un autre épisode du balado Littératie Financière. Je m’appelle Julie Gauthier. Je suis très heureux d’être au micro aujourd’hui pour vous parler de l’importance de la planification financière pour les médecins et leur famille. Souhaitons la bienvenue au Magalie Selosse. Merci pour cet entretien Magalie.

MS : Merci de l’invitation <prénom de l’animateur>. Quel plaisir de parler de planification financière! J’espère que mes conseils seront utiles aux auditeurs et que je les aiderai à partir du bon pied. Et si vous avez déjà un plan, ne retirez pas votre casque d’écoute, car vous pourriez découvrir quelques nouvelles stratégies à envisager.

JG : Super, j’adore ton enthousiasme. N’attendons pas plus longtemps et commençons par souligner l’importance de la planification financière, surtout pour un ménage qui comprend un médecin.

MS : Tout d’abord, la planification financière est toujours importante, peu importe la profession qu’on exerce. Tout le monde a des objectifs financiers, qu’il s’agisse de financer des études, de fonder une famille ou d’épargner en vue de la retraite. En brossant un portrait complet de votre situation financière et en appliquant une stratégie pour faire croître votre épargne, vous avez d’autant plus de chances de les atteindre.

En raison de certaines particularités financières propres à leur cheminement, notamment les dettes d’études, les nouveaux médecins craignent souvent de ne jamais pouvoir atteindre leurs objectifs.

C’est vrai que pendant les premières années d’exercice qui suivent leur longue formation, les médecins croulent souvent sous les dettes et bon nombre peinent à épargner.

Mais qu’à cela ne tienne, il existe plusieurs stratégies qui permettent de mettre de l’argent de côté sans pour autant négliger le remboursement de ses dettes. Et il est toujours bon de parler à un conseiller. Les conseillers de MD, par exemple, sont spécialistes des avantages fiscaux et des programmes spéciaux réservés aux médecins.

JG : Bonne idée. Je suis certain qu’au-delà de l’atteinte des objectifs, il y a d’autres avantages à avoir un bon plan financier.

MS : Bien sûr. En fait, prendre soin de ses finances, c’est aussi prendre soin de soi. Après tout, si vos finances vous empêchent de dormir, votre santé physique et mentale vont en souffrir. Le fait de suivre un plan financier peut vous aider à vivre d’une façon qui vous rend heureux tout en respectant vos moyens, ce qui en retour peut vous éviter bien des tracas... et potentiellement même l’épuisement professionnel.

Les difficultés financières peuvent être une source de honte pour certaines personnes, qui finissent par cacher des choses à leurs êtres chers. Des fois c’est une carte de crédit secrète, des fois c’est un compte en banque distinct... peu importe le moyen utilisé, ils occultent leur dette ou une partie de leur dette. Mais en amour comme en finances, les secrets, ce n’est jamais une bonne idée.

Monter un plan financier en collaboration avec un conseiller peut vous aider à apprendre comment parler d’argent et vous sentir suffisamment en contrôle de vos finances pour prendre des décisions avec confiance. Il va de soi que vos relations s’en porteront mieux.

JG : La communication est une composante essentielle du succès financier. J’ai l’impression qu’en matière de planification, beaucoup de gens ne savent simplement pas par où commencer et se demandent « un plan financier, ça mange quoi en hiver? » Alors, à quoi les clients devraient-ils s’attendre de leur plan financier, et est-ce que la démarche est différente pour les médecins?

MS : Il y a autant de plans financiers qu’il y a d’individus, puisque personne n’a exactement les mêmes objectifs. Habituellement, le conseiller financier analysera la situation financière globale du client. Puis, selon les objectifs, il déterminera les sphères à prioriser.

Comme les finances des médecins sont un cas spécial, leurs plans financiers le sont aussi.

Par exemple, comme nous l’avons dit plus tôt, les médecins s’endettent plus que la moyenne et traînent ces dettes plus longtemps. Il est donc normal que la première phase de leur plan financier porte sur le remboursement de ces dettes. Dans un tel cas, le conseiller va évaluer toutes les dettes, recenser toutes les entrées d’argent et déterminer la stratégie de remboursement qui convient le mieux. Ensuite, si la situation le permet, il ajoutera des composantes d’épargne et d’investissement au plan.

Le conseiller financier va aussi examiner la gestion des placements et la planification fiscale. Les médecins, particulièrement ceux constitués en société, peuvent s’éviter beaucoup d’impôts en prenant le temps de tout planifier en amont. Ils peuvent ensuite placer l’argent ainsi économisé en vue de financer d’autres projets, leur retraite par exemple.

JG : C’est vrai! La plupart des médecins ne peuvent pas compter sur un régime de retraite de l’employeur.

MS : Exactement, ils doivent financer eux-mêmes leur retraite. Ils doivent donc porter une attention particulière au volet retraite de leur plan financier. Ils doivent commencer à épargner et à investir le plus tôt possible, ce qui n’est pas simple quand il faut déjà rembourser une montagne de dettes. Ainsi, un conseiller financier discutera avec eux de la date à laquelle ils souhaitent prendre leur retraite et du montant qu’ils devront épargner pour maintenir leur style de vie. Il les aidera ensuite à mettre en place les comptes et les programmes qui leur permettront de faire fructifier au mieux leur épargne.

Et il y a certaines démarches de planification financière que vous faites au profit de votre famille, comme vous assurer que vous avez une assurance adéquate en cas de maladie ou de décès et que votre patrimoine ira bel et bien à vos proches.

Encore une fois, tout le monde doit réfléchir à ces questions, mais les besoins et circonstances propres aux médecins rendent particulièrement important le recours à un conseiller financier capable d’élaborer un plan qui assurera leur sécurité financière et celle de leurs proches.

JG : Tu l’as dit. Maintenant, j’aimerais revenir sur quelque chose que tu as mentionné lorsque tu parlais de planification fiscale : la constitution en société. La constitution en société n’est pas obligatoire, mais elle peut avoir une grande incidence sur les finances d’un médecin. Peux-tu nous en dire un peu plus?

MS : Oui, absolument.  Pour un médecin à son compte, la constitution en société est un excellent moyen de réduire sa facture d’impôts. Il s’agit d’un processus par lequel vous créez une entité juridique distincte qui sera désormais propriétaire de votre cabinet, de sorte que vous n’êtes techniquement plus à votre compte, mais employé et actionnaire de cette société. En procédant ainsi, vous pouvez conserver une partie de vos revenus dans la société, où ils sont imposés à un taux plus faible qu’ils le seraient à titre de revenus de particulier.

Cependant, la constitution en société peut être un processus coûteux. Encore une fois, il convient de peser le pour le contre avec son conseiller.

JG : C’est bien vrai. Ça fait quelques fois que l’on mentionne qu’il est préférable de consulter un conseiller avant de prendre une décision. Je crois qu’il est important de rappeler à nos auditeurs que rencontrer un conseiller et créer un plan financier avec lui, ce n’est pas l’affaire d’une journée. Vous devrez discuter régulièrement pour mettre votre plan à jour en fonction de l’évolution de vos objectifs ou de votre situation.

MS : C’est exact. La relation que vous entretenez avec votre conseiller financier est très importante, car il vous accompagnera à toutes les grandes étapes de votre vie, comme l’achat d’une maison, la fondation d’une famille et la préparation de la retraite. Vous devez prendre le temps de trouver un conseiller qui vous inspire confiance et qui comprend votre situation et ce que vous essayez d’accomplir.

Voilà pourquoi c’est incroyable que les médecins aient accès aux conseillers de MD, qui sont des experts de leur domaine et de ses particularités.

JG : Bien dit. Et une fois qu’un client a décidé d’avoir recours aux services d’un conseiller financier, que doit-il faire? Quelle est la première étape?

MS : Et bien, habituellement, il devrait appeler son institution financière ou se rendre en succursale pour prendre un rendez-vous. Mais, en raison de la COVID-19, la plupart des services de planification ont migré en ligne.

Les rendez-vous virtuels présentent plusieurs avantages, notamment au chapitre de la souplesse : fini la peur d’arriver en retard à cause de la circulation ou de ne pas trouver de gardienne. En plus, si vous gardez vos relevés et vos dossiers à la maison comme la plupart des gens, vous aurez toutes les informations sous la main et éviterez bien des appels subséquents. 

Si vous êtes un médecin ou membre de la famille d’un médecin et que vous désirez parler à un conseiller de MD, rien de plus simple. Il suffit de cliquer sur le bouton Communiquer avec un conseiller de la page Planification financière du site Web de MD.

Pas besoin d’être déjà client de MD. Vous n’aurez qu’à inscrire vos coordonnées et quelqu’un communiquera avec vous pour prendre rendez-vous.Et comme les conseillers de MD sont bien au fait du rythme de vie effréné et des horaires atypiques des médecins, ils offrent toutes sortes de plages horaires pratiques.

JG : Simple et rapide, quoi demander de mieux? Bon, que diriez-vous à un futur médecin qui nous écoute et qui décide de fonder une famille avec sa conjointe au moment d’entamer sa résidence? Il sait qu’ils vont devoir se serrer la ceinture, mais ils ne veulent pas attendre par peur que ça devienne encore plus difficile plus tard...

Le salaire de sa conjointe devrait suffire à couvrir leurs frais de subsistance, mais il n’a jamais vraiment réussi à épargner. Il souhaite donc consulter un conseiller pour qu’il l’aide à trouver des façons de le faire.

Comment ce conseiller va-t-il s’y prendre pour évaluer la situation de ce futur médecin et quels sont des exemples de stratégies qu’il pourrait lui proposer?

MS : Hmmm, voyons voir...

D’entrée de jeu, si vous vous apprêtez à commencer votre résidence, vous allez bientôt avoir une nouvelle entrée de fonds sous la forme d’un salaire. Et même si vous décidez de consacrer cet argent au remboursement de votre dette d’études, cela réduira le fardeau financier de votre partenaire. Après tout, il faudra dégager des fonds pour couvrir les dépenses associées au nouveau bébé. Selon le montant que vous gagnez, votre conseiller pourrait vous recommander d’affecter une partie de votre salaire au remboursement de vos dettes et d’investir le reste.

En plus, la résidence est souvent le seul moment de ta carrière où vous percevrez un salaire et serez admissible à divers avantages, notamment un congé payé en vertu de l’assurance-emploi. Il suffit de garder en tête qu’un congé de maternité ou parental aura pour effet de prolonger la durée de votre résidence. Vous devrez donc reprendre le temps perdu. La meilleure chose à faire serait alors de vous informer auprès du directeur de programme.

Autre point très important : au Québec, ces congés ne fonctionnent pas de la même façon que dans le reste du Canada. Il est donc important de parler à votre conseiller pour connaître vos options.

Ce qui nous amène à l’analyse de l’épargne. Votre conseiller va dresser la liste de vos comptes et regarder où et comment vous investissez votre argent.

Ce n’est jamais une bonne idée de répartir son argent dans trop de comptes REER et de CELI éparpillés dans plusieurs institutions financières. Je concède qu’il peut être tentant de profiter d’offres promotionnelles comme un taux d’intérêt élevé sur ses placements, mais ouvrir trop de comptes est la meilleure façon de perdre le fil de vos finances. Sans compter que vous pourriez ne pas remarquer des changements soudains et importants ou ne pas être en mesure de voir exactement comment votre argent est réparti entre vos différents placements.

Votre conseiller vous indiquera donc la manière de consolider vos comptes d’épargne et de « dégraisser » votre portefeuille de placements. Ça va faciliter le suivi de vos finances, mais aussi vous aider à éviter des erreurs coûteuses, par exemple une surcotisation à votre REER ou à votre CELI, ce qui entraîne des pénalités fiscales.

Ensuite, il va jeter un coup d’œil à vos impôts pour voir s’il y a des économies à faire de ce côté. Comme vous êtes encore en formation, la constitution en société n’est pas une option, mais vous pourriez économiser en cotisant à votre REER. C’est aussi possible que vous ne cotisiez pas assez pour vous en prévaloir. Ensuite, votre conseiller examinera vos revenus, en tenant compte de votre nouveau salaire de résident, et voir si vous pouvez commencer à verser des cotisations plus importantes, ou s’il ne serait pas préférable de mettre votre REER en veilleuse et de transférer ces fonds ailleurs, par exemple dans un REEE pour le bébé.

Lorsque vous ouvrez un nouveau REEE, vos cotisations sont admissibles à diverses subventions gouvernementales, y compris la Subvention canadienne pour l’épargne-études de 20 %. De plus, si votre ménage est considéré à « faible revenu », vous pourriez être admissible à encore plus de fonds. Je pourrais vous expliquer en détail le fonctionnement des REEE et toutes les conditions à remplir, mais l’essentiel est que votre conseiller vous indiquera le meilleur moment pour y transférer vos fonds.

Rappelez-vous, il ne s’agira pas d’une rencontre unique pour régler tous vos problèmes. Votre conseiller continuera à vous suivre pour continuer à dresser un tableau plus clair de vos finances à mesure que vous vous rapprochez de votre objectif. Il pourrait par exemple y avoir une rencontre quand vous décidez de fonder votre famille et que vous devez mettre certaines choses en place. Puis une autre réunion lorsque vous aurez commencé à gagner votre salaire de résident et que vous saurez exactement à quoi ressemblent vos nouvelles entrées d’argent. Un autre lorsque vous vous rapprocherez de l’arrivée de votre bébé pour vous assurer que vous avez suffisamment de fonds en place pour les dépenses immédiates. Et ainsi de suite. C’est une démarche continue, mais votre conseiller est là pour vous accompagner à chaque étape.

JG : Excellent! Ça fait le tour de ce dont nous voulions parler aujourd’hui, mais avant de conclure, as-tu un dernier conseil pour nos auditeurs?

MS : Certainement. En fait, s’il faut retenir une chose de l’épisode d’aujourd’hui, c’est que la planification financière est une démarche conçue pour vous aider. Parler de finances et se projeter dans l’avenir, ça peut être stressant et vous pourriez vous sentir dépassé par les événements. Mais plus vous en parlerez, plus vous maîtriserez les concepts. Éventuellement, vous aurez la confiance nécessaire pour prendre les bonnes décisions au bon moment. C’est l’objectif de cette série de balados : vous transmettre la littératie financière.

Autre chose : faites confiance à votre conseiller. C’est un professionnel. Il connaît les ressources, les stratégies et les produits nécessaires pour monter le meilleur plan pour chaque étape de votre parcours. Posez-lui des questions, appelez-le lorsque quelque chose change dans votre vie, mais surtout, sachez qu’il a votre intérêt supérieur à cœur.

Enfin, ce n’est pas parce que vous avez un plan financier que votre vie est tracée d’avance. En fait, c’est le contraire. Votre plan financier vous donne la liberté de jouir de tous les autres aspects de votre vie parce que vous savez exactement où va votre argent. Et en cas de besoin, il suffit d’un coup de fil et votre conseiller sera là pour vous aider à ajuster votre plan pour garder le cap sur vos objectifs.

JG : Fantastique.  Magalie, merci encore d’être venu nous parler aujourd’hui. Tu as donné plein de bons conseils à nos auditeurs, qui ont maintenant matière à réflexion.

MS : Merci à toi! J’ai adoré mon expérience et j’espère avoir pu rassurer un peu les futurs médecins à l’écoute. Ça va aller. Si c’était si terrible, personne ne serait médecin.

JG : Exactement. Et un grand merci à tous nos auditeurs. Ces épisodes passent toujours trop vite. J’espère que vous serez encore des nôtres la prochaine fois, et d’ici là, bonne chance dans votre parcours professionnel et financier. Au revoir.

Vous venez d’écouter le balado Littératie Financière, une présentation de Gestion financière MD.

Pour plus d’information ou pour trouver un conseiller, visitez le md.ca.

L’information contenue dans le présent balado ne doit pas être interprétée comme des conseils professionnels d’ordre fiscal, juridique, comptable ou de nature similaire applicables en contexte canadien ou étranger, et elle ne saurait en aucun cas remplacer les conseils d’un fiscaliste, d’un comptable ou d’un conseiller juridique indépendant. Les recommandations sur la constitution en société se limitent à la répartition de l’actif et à l’intégration des personnes morales dans les plans financiers et les stratégies de gestion de patrimoine. Toute information d’ordre fiscal ne s’applique qu’aux résidents canadiens et s’appuie sur le droit canadien de l’impôt en vigueur, notamment sur l’interprétation judiciaire et administrative en la matière. L’information et les stratégies ci-indiquées peuvent ne pas convenir aux personnes des États-Unis (citoyens, résidents ou détenteurs d’une carte verte) ou aux non-résidents du Canada, ni dans des situations mettant en cause de telles personnes. Les employés du groupe de sociétés MD ne sont pas habilités à déterminer si un client est considéré comme une personne des États-Unis ou soumis à des obligations de déclaration de revenus, au Canada ou à l’étranger. Le service ExO MDMD offre aux clients des conseils et des produits financiers par l’entremise du groupe de sociétés MD (Gestion financière MD inc., Gestion MD limitée, la Société de fiducie privée MD, la Société d’assurance vie MD et l’Agence d’assurance MD limitée). Pour obtenir une liste détaillée de ces sociétés, veuillez consulter notre site à l’adresse md.ca. Gestion financière MD offre des produits et services financiers, la famille de fonds MD et des services-conseils en placement par l’entremise du groupe de sociétés MD.

Les produits et services bancaires et de crédit sont offerts par La Banque de Nouvelle-Écosse (Banque ScotiaMD). Les produits de crédit et de prêts sont soumis à une approbation du crédit par la Banque Scotia. MD Marque déposée de La Banque de Nouvelle-Écosse utilisée sous licence.

© Gestion financière MD inc., 2021.

Tous droits réservés. Il est interdit de reproduire ou de transmettre le présent document, en tout ou en partie, sous quelque forme que ce soit ou par quelque moyen que ce soit, électronique ou mécanique, y compris la photocopie, la photographie, l’enregistrement ou tout autre système de stockage et de récupération de données, sans l’autorisation écrite expresse de Gestion financière MD inc.

* « Conseiller MD » désigne un conseiller financier de Gestion MD limitée (au Québec, un conseiller en placement) ou un gestionnaire de portefeuille de Conseils en placement privés MD.