Skip to main content

REEE collectif ou REEE standard : Quelle est la meilleure façon d’épargner pour les études postsecondaires de mes enfants?

Une mère regarde son téléphone cellulaire pendant que ses deux filles travaillent à l’ordinateur à la table de la cuisine

Le gouvernement vous aide à épargner en vue des études postsecondaires de vos enfants grâce au régime enregistré d’épargne-études (REEE). En effet, le REEE vous permet d’épargner à l’abri de l’impôt et de profiter de subventions gouvernementales. Il existe deux types de REEE. Connaître leurs différentes caractéristiques vous aidera à prendre une décision éclairée.

1. Quels sont les deux types de REEE?

De la même manière que le REER encourage les Canadiens et Canadiennes à épargner pour la retraite, le REEE encourage les familles à épargner pour les études postsecondaires de leurs enfants.

Il existe deux types de REEE :

  • Tout comme le REER, le REEE standard peut être ouvert auprès de votre banque ou de votre courtier en valeurs mobilières.
  • Un REEE collectif, aussi appelé fiducie de bourse d’études, peut seulement être ouvert auprès d’une entreprise spécialisée dans le domaine. Dans ce genre de régime, vos cotisations sont regroupées avec celles des autres participants et investies par l’entreprise.

Dans les deux cas, le REEE peut être établi pour un seul enfant (bénéficiaire unique) ou pour plusieurs enfants (bénéficiaires multiples), habituellement d’une même famille.

Peu importe le type de régime choisi, vos placements fructifient à l’abri de l’impôt. Les revenus sur les placements sont uniquement imposables au retrait. C’est donc le bénéficiaire (et non le parent ou le cotisant) qui effectue les retraits et il ne paiera peu ou pas d’impôt sur ce revenu.

De plus, votre épargne gonflera considérablement grâce à la Subvention canadienne pour l’épargne-études (SCEE) qui est versée dans le REEE. Chaque année, le gouvernement accorde un montant équivalant à 20 % des cotisations, jusqu’à concurrence de 500 $ par année, par enfant, pour un maximum à vie de 7 200 $ par enfant.

Les deux types de REEE sont généralement admissibles à tous les programmes de subvention fédéraux et provinciaux, comme la Subvention canadienne pour l’épargne-études, la Subvention canadienne pour l’épargne-études supplémentaire pour les familles à revenu modeste, le Bon d’études canadien pour les familles à faible revenu. Ils ont aussi tous deux un plafond de cotisation à vie de 50 000 $ par bénéficiaire.

Au Québec, en plus des subventions fédérales, l’Incitatif québécois à l’épargne-études (IQEE) vous donne une subvention correspondant à 10 % des cotisations nettes versées dans l’année, jusqu’à concurrence de 250 $.

Au-delà de ces similarités, les régimes présentent d’importantes différences.

2. Combien puis-je cotiser?

REEE standard : Lorsque vous ouvrez un REEE individuel ou familial, vous décidez du montant et du moment des cotisations. Il n’y a pas de minimum ou de maximum autre que le plafond à vie de 50 000 $.

REEE collectif : Si vous choisissez un REEE collectif, vous vous engagez à acheter un certain nombre de parts du régime selon un calendrier précis et vous devez vous y conformer.

3. Qu’en est-il des frais?

REEE standard : Les coûts associés au REEE standard sont semblables à ceux d’un REER ou d’un compte d’épargne libre d’impôt (CELI). Il faut payer les frais de compte à l’institution financière et les coûts associés aux placements comme les commissions et les frais d’achat et de vente d’actions ou de parts de fonds communs. Bien qu’il ne coûte rien d’ouvrir un REEE, votre institution financière peut vous facturer des frais annuels pour l’administration du compte et les changements effectués sur ce dernier (ex. changement de bénéficiaire).

REEE collectif : Ces régimes comportent généralement des frais de souscription qu’il faut payer dès l’ouverture. Une fois le contrat signé, si vous oubliez de verser une cotisation selon le calendrier établi ou si votre enfant n’effectue pas d’études postsecondaires, ces frais (d’une valeur de plusieurs milliers de dollars pour chaque bénéficiaire) ne vous seront pas remboursés. Les régimes collectifs facturent aussi des frais annuels habituellement.

4. Qui prend les décisions en matière de placements?

REEE standard : Comme pour votre REER ou CELI, vous êtes responsable des décisions en matière de placements. Vous pouvez toujours obtenir les conseils de votre planificateur financier, si vous en avez un. Vous décidez donc du montant et du moment des cotisations (tout en respectant le plafond à vie de 50 000 $ par bénéficiaire) ainsi que de la répartition des placements à l’intérieur du compte. Tous les types de placements qui sont acceptés dans le REER et le CELI (ex. : fonds communs, actions, etc.) le sont aussi pour le REEE.

REEE collectif : Avec ce genre de régime, vous ne vous occupez pas du tout des placements. Vos cotisations sont plutôt regroupées à celles faites pour d’autres enfants du même âge et sont généralement placées par les gestionnaires du régime dans des fonds à revenu fixe.

5. Combien d’argent aurai-je accumulé dans mon REEE au total?

REEE standard : Le montant total épargné dans un REEE standard dépend du montant des cotisations, des subventions et du rendement des placements.

Le rendement dépend quant à lui de la manière dont les fonds sont placés et de la durée des placements. Lorsque vous ouvrez un compte, vous élaborez généralement un plan de placement que vous pouvez ajuster au fil du temps pour vous assurer d’être sur la bonne voie pour financer les études de vos enfants.

REEE collectif : Dans le cas du régime collectif, le montant accumulé pour les études de vos enfants varie en fonction des cotisations, des subventions et du rendement, mais aussi du nombre de personnes de la cohorte qui bénéficient du régime pour leurs études.

Comme les régimes collectifs placent généralement les fonds dans des titres à faible risque et à très faible rendement, leur croissance est habituellement très modeste.

Le montant disponible pour les études de vos enfants dépend du nombre de participants qui se retirent du régime avant la fin et du nombre de bénéficiaires qui n’effectuent pas d’études postsecondaires. Dans ces cas, les frais de souscription qu’ils ont payés au départ sont remis au régime et partiellement redistribués aux autres bénéficiaires de la même cohorte.

6. Qu’arrive-t-il si mon enfant n’effectue pas d’études postsecondaires?

REEE standard : Si votre enfant ne fait pas d’études postsecondaires, vous pourrez tout de même retirer la totalité de vos cotisations et des revenus sur les placements1. Toutefois, vous devrez payer l’impôt sur les revenus.

REEE collectif : Si votre enfant ne fait pas d’études postsecondaires, vos cotisations au régime vous seront remboursées, mais l’entreprise gardera les frais de souscription et les revenus sur les placements.

Faire le meilleur choix pour les études de vos enfants

Comme vous pouvez le constater, le REER collectif est bien différent du REEE standard. Il est plus risqué pour le cotisant, non pas parce que les placements sont plus risqués, mais bien parce qu’il est plus difficile pour le cotisant de respecter toutes les exigences du contrat. Un oubli est vite arrivé. Et lorsque l’entente est rompue, les frais de souscription sont perdus.

À l’inverse, le REEE standard vous offre beaucoup plus de flexibilité et de contrôle. D’ailleurs, vous pouvez décider du montant et du moment de vos cotisations.

Avant d’épargner pour les études de vos enfants, il est important de savoir dans quoi vous vous embarquez et d’avoir tous les faits. Votre conseiller MD* peut vous aider à établir un plan personnalisé qui vous permettra d’atteindre vos objectifs et de profiter de la flexibilité du REEE standard.

* « Conseiller MD » désigne un conseiller financier de Gestion MD limitée (au Québec, un conseiller en placement) ou un gestionnaire de portefeuille de Conseils en placement privés MD.

1 Vous pouvez transférer jusqu’à 50 000 $ vers un REER si le REEE a été ouvert il y a plus de 10 ans, si tous les bénéficiaires sont âgés d’au moins 21 ans, si aucun d’eux n’effectue d’études postsecondaires, si vous détenez la résidence canadienne et si vous avez suffisamment de droits de cotisation. Si le REEE est fermé ou si les fonds sont transférés, vos cotisations vous seront retournées ou déposées dans un REER (ou un régime enregistré d’épargne-invalidité), les subventions seront renvoyées au gouvernement qui les a accordées et vos gains seront considérés comme un revenu imposable sujet à une pénalité d’impôt de 20 % (selon certaines conditions).

L’information ci-dessus ne doit pas être interprétée comme des conseils professionnels en placements ou d’ordre financier, fiscal, juridique, comptable ou de nature similaire applicables en contexte canadien ou étranger, et elle ne saurait en aucun cas remplacer les conseils d’un fiscaliste, d’un comptable ou d’un conseiller juridique indépendant.