Quand sonne l’heure de la retraite

Bon nombre de médecins doivent opérer un changement de mentalité pour entamer un nouveau stade de leur vie

À son avènement, dans les années 1800, la retraite payée était perçue par la majorité comme une brève période de repos et de récompense suivant une vie de dur labeur. Les travailleurs qui étaient admissibles à des rentes pouvaient les percevoir à partir de 65 ans, ce qui était bien au-delà de l’espérance de vie moyenne de l’époque. Aujourd’hui, la retraite correspond plutôt à une phase de transition vers un nouveau stade de vie, qui s’étend parfois sur plusieurs décennies.

Toutefois, les médecins canadiens, qui prennent généralement leur retraite vers l’âge de 70 ans, ont tendance à négliger la planification de ce qui représentera l’une des plus importantes décisions de leur vie. En effet, pour eux, penser à la retraite signifie surtout planifier leurs besoins financiers plutôt que leur vie au quotidien. Ils se demandent à quel moment ils pourront se permettre de quitter leur profession et de combien ils auront besoin, mais oublient souvent certains aspects primordiaux qui auront une incidence sur leur qualité de vie après la retraite.

Vous n’êtes pas seul à faire face à ces décisions, mais la nature de votre profession vous rend particulièrement vulnérable :

  • Investissement d’énergie important dans votre emploi;
  • Horaire intellectuellement chargé éveillant en vous un sentiment de curiosité et un désir d’apprentissage continu;
  • Identité personnelle intimement liée à vos fonctions;
  • Estime de soi et sentiment d’épanouissement nourris en grande partie par vos réalisations professionnelles.

La Dre Amy D’Aprix, gérontologue et experte en étapes de vie établie à Toronto, souligne qu’il est particulièrement difficile pour les médecins de quitter le monde du travail : « Lorsqu’ils partent à la retraite, leur horaire chargé et leur sentiment d’utilité peuvent s’envoler, dit-elle. De plus, si les médecins perdent leur source d’estime de soi et d’identité et n’ont pas réfléchi à la façon dont ils les remplaceront lorsqu’ils franchiront ce nouveau chapitre de leur vie, ils pourraient se retrouver en difficulté. » Et inutile de planifier de manière très formelle ou détaillée, selon elle. « Il s’agit plutôt de réfléchir à vos besoins et aux mesures à prendre, et d’en parler. »

Trouvez-vous une nouvelle raison d’être

La Dre D’Aprix vous propose de penser d’abord à ce que vous aimez à propos de votre vie actuelle. Aider les gens? Sentir que vous faites œuvre utile? « Trouvez ce qui vous fait vous sentir utile, puis réfléchissez à un moyen de conserver ce sentiment. Les médecins sont des personnes déterminées; le fait de perdre leur source de motivation est très difficile », explique-t-elle.

Revoyez votre rythme de vie

Vous adorerez évidemment goûter à la liberté après tant d’années passées à vous soumettre à un horaire rigide, mais vous devrez probablement restructurer votre quotidien. « Les gens croient que la retraite se vit comme des vacances, explique la Dre D’Aprix. Toutefois, les vacances ne sont en fait qu’un heureux complément aux choses qui donnent un sens à votre vie. C’est pourquoi, ultimement, vous devrez revoir votre rythme de vie. Ne rien avoir d’important à votre calendrier nuira à votre épanouissement. »

Tissez des liens

Vu la nature exigeante de votre emploi, il se pourrait que votre cercle d’amis ne s’étende pas vraiment au-delà de votre entourage professionnel. Vous devrez donc vous bâtir un réseau de soutien social et miser sur vos relations existantes, particulièrement celle avec votre conjoint. « À la retraite, le conjoint vit souvent une phase de déséquilibre », affirme la Dre D’Aprix. Bien qu’il soit heureux de passer davantage de temps avec vous, il a tout de même besoin d’avoir de l’espace et de mener à bien ses propres projets.

Actualisez votre emploi du temps

Il ne faut pas voir les activités à la retraite comme une façon de s’occuper, mais bien comme une source d’épanouissement. Par exemple, le bénévolat en contexte médical est assez gratifiant pour certains médecins, tandis que d’autres sentent le besoin de s’accomplir dans un domaine différent. L’important, c’est de « bien y réfléchir, puisque vous vous apprêtez à remplacer ce qui constitue, aujourd’hui, une majeure partie de votre vie ».

Il en va de même pour les voyages, poursuit la Dre D’Aprix, avant d’ajouter qu’il s’agit du projet de retraite en tête de liste pour la plupart des gens. « Il ne faut pas oublier que les voyages sont des projets ponctuels qui n’ont rien à voir avec le quotidien. D’un autre côté, ils peuvent grandement enrichir ce nouveau chapitre de votre vie si vous arrivez à les faire pleinement rejaillir sur vous. Par exemple, le fait de voyager avec un groupe de personnes partageant vos intérêts vous permettra de tisser de nouveaux liens. »

Lancez-vous dans de nouvelles aventures

Prendre part à de nouvelles activités est moins compliqué que vous ne le croyez. Parmi les outils qui vous y aideront se trouvent les sites Web tels que Meetup (https://www.meetup.com), qui sont, selon la Dre D’Aprix, « un excellent moyen de rencontrer des gens avec des intérêts communs aux vôtres. Vous pouvez prendre part à des activités allant des clubs de lecture aux sorties en kayak, en passant par les soupers ou les discussions de groupe. »

La majorité des nouveaux retraités doivent entreprendre de nouvelles activités, conclut-elle. « Nos vies sont en constante évolution, et la retraite ne constitue pas des vacances s’échelonnant sur 20 ans. Vous serez amené à continuer de créer et d’expérimenter. Enfin, vous entamerez un nouveau chapitre. »

 

 

Article précédent
Diversifiez votre portefeuille et atténuez-en la volatilité avec des placements non traditionnels

Diversification et corrélation faible constituent l’un grands avantages des placements non traditionnels.

Article suivant
Les règles sur les revenus passifs changent en 2019 : information pour les médecins exerçant en société
Les règles sur les revenus passifs changent en 2019 : information pour les médecins exerçant en société

Les nouvelles règles sur les revenus passifs entrent en vigueur le 1er janvier 2019, et bien des médecins «...