Skip to main content

Planification fiscale en temps de pandémie : ajustements pour 2021

De ses effets dévastateurs sur la santé publique à ses conséquences financières massives, la pandémie a de nombreuses manières touché énormément de gens.

L’année 2020 a été différente et vous pourriez devoir changer votre stratégie financière. Si vos revenus ont été amputés par la pandémie, voici quelques outils pour un retour à une certaine stabilité en 2021.

1. Planifiez le paiement de l’impôt sur vos prestations d’aide.

Si vous avez reçu des prestations de l’un ou l’autre des programmes ci-dessous, vérifiez si elles sont imposables, à quel moment elles le seront et si de l’impôt a été retenu à la source.

  • Prestation canadienne d’urgence (PCU) : Aucun impôt n’a été retenu à la source et de l’impôt pourrait être exigible sur ces prestations en avril 2021.
  • Subvention salariale d’urgence du Canada (SSUC) : La SSUC est en général imposable pendant l’exercice financier où elle a été acquise ou reçue. Aucun impôt n’a été retenu à la source.
  • Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC) : Si vous souhaitez obtenir la radiation d’une partie du prêt, l’échéance de remboursement du principal est dans seulement deux ans. La partie radiée sera cependant imposable et il est préférable de garder de l’argent pour payer l’impôt exigible. Comme pour tout prêt, le reste du CUEC n’est pas imposable.

Demandez à votre fiscaliste d’estimer l’impôt que vous devrez en 2020 et assurez-vous de mettre de côté l’argent nécessaire pour payer l’ARC.

2. Révisez vos acomptes provisionnels.

Vous pouvez en tout temps recalculer le montant de vos acomptes provisionnels. Si votre revenu a été considérablement inférieur à celui de l’année précédente, ce nouveau calcul s’impose. Essayez d’estimer votre revenu imposable de l’année et l’impôt qui sera exigible. Réduisez ensuite le montant de vos acomptes provisionnels dans la mesure appropriée. Les acomptes provisionnels de sociétés sont mensuels tandis que ceux des particuliers sont trimestriels.

3. Effacez vos gains en capital au moyen des pertes essuyées.

Si vous avez subi des pertes en capital en 2020, vous pouvez les utiliser pour effacer des gains en capital constatés en 2020. Les pertes en capital constatées en 2020 peuvent aussi être utilisées pour récupérer en tout ou en partie l’impôt payé sur des gains en capital déclarés au cours de l’une ou l’autre des trois années précédentes. Si vous n’avez déclaré aucun gain en capital ni dans la dernière année ni les trois années précédentes, vous pouvez reporter indéfiniment vos pertes et les utiliser pour effacer de futurs gains en capital.

4. Révisez votre stratégie de rémunération.

Si vous exercez en société et que vos revenus ont plongé, consultez votre comptable et votre conseiller MD* et révisez votre stratégie de rémunération afin de coordonner les considérations relatives à votre portefeuille et à votre situation fiscale.

5. Repensez votre stratégie REER.

Si la pandémie a fait plonger votre revenu personnel en 2020, vous pouvez choisir de ne pas déduire les cotisations REER de cette année et attendre une année où votre revenu sera plus élevé, car vos cotisations donneront alors droit à un avantage fiscal plus important. Consultez un spécialiste pour savoir s’il serait préférable d’utiliser votre déduction fiscale plus tard et de diriger cette année vos liquidités vers des priorités à plus court terme.

6. Revoyez vos objectifs à plus long terme.

Vu les retombées à long terme éventuelles de la pandémie, une révision de votre plan de retraite s’impose. Votre conseiller MD* peut analyser de nouveau les chiffres avec vous et vous remettre sur la bonne voie. Des changements sont peut-être requis au montant de vos cotisations; à la combinaison d’actions, d’obligations, etc. que vous détenez (répartition de l’actif) et aux comptes où vous les détenez (enregistrés ou non, ou compte de société, c’est-à-dire l’affectation de votre actif); au montant de vos cotisations dans un compte donné ou au mode de fractionnement des revenus dans votre ménage.

7. Envisagez un prêt à taux prescrit.

Si votre revenu est beaucoup plus élevé que celui des membres de votre famille et que vous avez un portefeuille personnel important, consultez votre conseiller MD sur la possibilité de fractionner votre revenu au moyen d’un prêt à taux prescrit. Cette stratégie de fractionnement du revenu consiste pour une personne ayant un revenu élevé à prêter de l’argent à un membre de sa famille dont le revenu est moindre ou à une fiducie familiale. Les revenus générés par les fonds empruntés sont imposés au taux inférieur de l’emprunteur plutôt qu’à celui du prêteur. Ce dernier perçoit des intérêts imposables, mais depuis le 1er juillet 2020, le taux d’intérêt prescrit pour ce genre de prêt est de seulement 1 %, soit la valeur plancher de ce taux1.

Pourquoi vous contenter de conseils génériques qui s’adressent à monsieur et madame Tout-le-Monde? Les conseils adaptés à votre réalité de médecin offerts par MD, vous aideront, vous et votre famille, à épargner en toute tranquillité d’esprit.

*« Conseiller MD » désigne un conseiller financier de Gestion MD limitée (au Québec, un conseiller en placement) ou un gestionnaire de portefeuille de Conseils en placement privés MD.

1 La formule de calcul du taux prescrit est stipulée dans les règlements de la Loi de l’impôt sur le revenu. Le taux prescrit est égal à la moyenne simple des taux d’intérêt des bons du Trésor de trois mois en vigueur pendant le premier mois du trimestre précédent arrondie au chiffre entier le plus élevé. Il ne peut donc être inférieur à 1 %.

L’information ci-dessus ne doit pas être interprétée comme des conseils professionnels en placements ou d’ordre financier, fiscal, juridique, comptable ou de nature similaire applicables en contexte canadien ou étranger, et elle ne saurait en aucun cas remplacer les conseils d’un fiscaliste, d’un comptable ou d’un conseiller juridique indépendant.