Skip to main content

Planifier sa retraite comme médecin : une tâche complexe?

Une personne à lunettes assise sur un divan qui écrit dans un carnet.

Les baby-boomers commencent à prendre leur retraite et les milléniaux approchent la mi-carrière. Il ne faut donc pas s’étonner si la question de la planification de la retraite devient de plus en plus urgente pour de nombreux Canadiens, y compris les médecins.

Toutefois il peut être difficile pour les médecins de parler d’argent. D’ailleurs, près de la moitié des personnes de 40 à 59 ans interrogées dans le cadre de l’Enquête de MD sur la préparation à la retraite des médecins (un sondage mené auprès de 401 médecins de partout au Canada) ont dit avoir de la difficulté à épargner pour la retraite en raison de leurs autres dépenses. De plus, un quart des répondants ne savaient pas de combien d’actifs ils auraient besoin pour vivre une retraite confortable ou n’en avaient pas une idée précise.

Aucun médecin ne souhaite qu’un problème de santé échappe à son diagnostic. Pourquoi ne pas soigner aussi attentivement ses finances que ses patients? En effet, exprimer ses préoccupations et poser des questions concernant son plan de gestion de patrimoine à long terme constituent de saines habitudes.

« Les médecins appartiennent à une culture profondément altruiste, de sorte qu’ils sont peu portés à parler d’argent », explique le médecin canadien qui tient le blogue The Loonie Doctor, que nous appellerons le Dr Loonie. « Toutefois, l’argent, c’est comme le corps : vous ne tenez peut-être pas à parler de tous vos problèmes de santé, mais vous devez néanmoins prendre soin de votre corps. »

En matière d’épargne, les médecins ont du chemin à rattraper

Si les médecins doivent se doter d’un plan financier assez rapidement après leur arrivée sur le marché du travail, c’est non seulement parce que leurs longues années d’études et de résidence en médecine ont probablement coûté cher, mais aussi parce qu’ils ont moins de temps pour épargner et investir que la moyenne.

« Nous commençons un peu tard, admet le Dr Loonie en entrevue. Comme notre formation dure des années, pendant lesquelles nous accumulons des dettes qu’il nous faut rembourser, il nous reste moins de temps pour commencer à épargner en vue de la retraite – sans compter que nous devons généralement nous y mettre pendant la période la plus occupée de notre vie. »

Rattraper l’équivalent d’une décennie d’épargne n’est pas chose facile, mais c’est possible. La clé? Commencer à mettre de l’argent de côté tôt dans sa carrière. Cette habitude n’est pas facile à prendre non plus, même si la rémunération des médecins augmente considérablement après la résidence.

« Il y a une longue période de gratification différée où vous travaillez d’arrache-pied pour un salaire somme toute moyen, puis votre revenu grimpe tout à coup, et vous avez en même temps toutes sortes d’attentes à combler », ajoute le Dr Loonie.

De plus, c’est habituellement à ce moment de leur vie que les médecins doivent s’occuper d’enfants ou de parents vieillissants. Ajoutez à cela le désir d’épargner et d’investir pour améliorer son niveau de vie pendant ses années actives et pour payer les études de ses enfants, ainsi que le besoin de s’assurer en cas de maladie ou d’autres imprévus... Épargner en vue de la retraite est vite reporté à plus tard.

Ne négligez pas les signes de mauvaise santé financière

Si la planification financière est rarement une priorité chez les médecins, c’est que, paradoxalement, la rémunération est relativement bonne.

« Nous gagnons bien notre vie, ce qui peut cacher bon nombre d’impairs financiers pendant bien longtemps », selon le Dr Loonie. Un patient qui ignore ou dissimule un problème de santé ne fera qu’empirer son état, et il devra probablement subir un traitement-choc plus tard. Il en va de même pour les besoins de planification financière : plus une personne attend, plus il lui sera difficile et stressant de les gérer.

Les facteurs de préoccupation cités par les médecins en 2021 allaient des problèmes de santé et du vieillissement (63 %) à la capacité de s’en sortir avec un revenu réduit (38 %) en passant par la crainte de manquer d’argent (36 %).

Il faut être prévoyant, avertit le Dr Loonie, « sans quoi vous risquez de découvrir, une fois sombré dans le gouffre, que votre santé financière était chancelante depuis longtemps. Le mal aura déjà été fait ».

La retraite n’est pas une simple affaire pour les médecins

Comme l’âge prévu de la retraite varie considérablement d’un médecin à un autre, il peut être difficile de s’y préparer. Près de la moitié des médecins interrogés dans le cadre de l’Enquête de MD n’avaient pas d’âge précis en tête pour prendre leur retraite ou ont indiqué que l’âge dépendrait de plusieurs facteurs. (À noter que l’âge moyen des répondants était de 57 ans.) Selon eux, les facteurs qui pourraient le plus jouer sur le moment de la retraite sont leur état de santé ou leur niveau d’énergie et la taille de leur portefeuille de placements consacré à la retraite.

En fin de compte, la retraite est une affaire très personnelle. Comme les médecins n’ont pas tous les mêmes buts ni les mêmes attentes sur ce chapitre, il n’y a pas de recette universelle. Par conséquent, il peut être difficile d’évaluer votre état de préparation à la retraite – et d’en discuter avec vos collègues.

Pensez à vos finances en termes de temps

Pour ne plus se sentir gênés ou coupables chaque fois qu’il est question d’argent, les médecins pourraient le considérer comme une monnaie d’échange pour leur temps et voir les choses à long terme.

« Jeunes, nous donnons de notre temps en échange d’argent. Si nous en mettons une partie de côté pour le faire fructifier, alors nous pourrons utiliser cet argent en échange de temps plus tard, explique le Dr Loonie. Il s’agit de trouver le juste équilibre entre le temps dont vous voulez disposer dès maintenant et celui que vous voulez réserver pour l’avenir. »

Si vous pensez à la planification du patrimoine en termes de temps, et si vous considérez le temps travaillé aujourd’hui comme un placement qui vous rapportera du temps plus tard, alors il devient tout à fait logique de définir vos objectifs financiers dès le début de votre carrière.

Au bout du compte, ce n’est pas seulement une question d’argent

Rappelez-vous que les aspects de la retraite autres que financiers, comme votre état de santé et vos relations avec votre famille et vos amis, sont aussi importants. Ils doivent donc être pris en considération dans votre plan de retraite global.

Pour vous assurer une vie personnelle riche et stimulante le moment de la retraite venu, il est recommandé d’investir dans les aspects autres que professionnels.

« Les médecins sont habituellement des personnes occupées, engagées, intellectuelles et sociales, et leur carrière leur apporte beaucoup sur ces points, souligne le DLoonie. Cependant, si vous ne prenez pas garde, la médecine risque de vous absorber complètement, de sorte que vous n’arriverez plus à vous sentir utile ailleurs ».

Les médecins doivent découvrir d’autres facettes d’eux-mêmes avant la retraite en investissant activement dans leur famille, leurs relations et leurs centres d’intérêt en marge du travail.

Plus vous saurez ce que vous voulez faire de votre temps à la retraite et avec qui vous voulez le passer, plus la planification de cette étape de votre vie deviendra une tâche concrète – et moins elle vous paraîtra difficile à abattre.

L’information ci-dessus ne doit pas être interprétée comme des conseils professionnels en placements ou d’ordre financier, fiscal, juridique, comptable ou de nature similaire applicables en contexte canadien ou étranger, et elle ne saurait en aucun cas remplacer les conseils d’un fiscaliste, d’un comptable ou d’un conseiller juridique indépendant.