Ne payez pas plus d’impôt qu’il ne le faut : intégrez le CELI à votre plan financier

September 25, 2018

Le compte d’épargne libre d’impôt (CELI), c’est plus qu’un excellent moyen de faire fructifier votre patrimoine. Si vous l’intégrez à votre stratégie de planification financière, il vous évite aussi de payer plus d’impôt qu’il ne le faut.

Le CELI, avantageux peu importe vos objectifs

L’un des mythes les plus tenaces sur le CELI veut qu’il soit réservé aux objectifs à court terme, puisque son titulaire peut en retirer des fonds en tout temps sans payer d’impôt. Pourtant, le CELI offre aussi aux épargnants canadiens des moyens polyvalents de réduire leur facture fiscale à toutes les étapes de leur vie.

Voici trois exemples qui montrent l’utilité du CELI, que ce soit dans un plan d’épargne ou de retraite ou dans un plan successoral.

1. Le temps joue en votre faveur. Pour tirer le maximum de l’épargne libre d’impôt, songez à investir l’actif de votre CELI dans des placements au potentiel de croissance à long terme. En effet, les actions, les fonds communs de placement et les fonds négociés en bourse (FNB) permettent d’accumuler et de faire fructifier les revenus d’intérêt, les gains en capital et les dividendes en franchise d’impôt1.

2. Il n’y a pas d’âge maximal. Contrairement au régime enregistré d’épargne-retraite (REER), que vous devez convertir en fonds enregistré de revenu de retraite (FERR) ou en rente à votre 71e anniversaire, il n’y a pas d’âge maximal pour cotiser au CELI. Par conséquent, vous avez la liberté d’y verser ou d’en retirer des fonds tout au long de la retraite. Qui plus est, puisque les retraits ne sont pas considérés comme un revenu, ils ne feront pas diminuer vos prestations publiques fondées sur le revenu, notamment la Sécurité de la vieillesse.

3. Vous pouvez laisser un héritage à l’abri de l’impôt. Si vous intégrez le CELI à votre plan successoral, vous pourrez transférer des fonds en franchise d’impôt à vos bénéficiaires. Sachez qu’à votre décès, vous serez réputé avoir disposé de l’actif de votre REER, de vos placements non enregistrés et de vos biens immobiliers, mais pas des sommes contenues dans votre CELI.

Considérez votre CELI comme une partie intégrante de votre plan financier

Nous pouvons vous aider à réduire votre facture fiscale et vous montrer en quoi le CELI peut vous rapprocher de vos objectifs financiers en planification des placements et de la retraite, ainsi qu’en planification fiscale et successorale.

Vous pouvez verser jusqu’à 5 500 $ dans votre CELI pour l’année 2018, en plus de vos droits de cotisation inutilisés, qui pourraient atteindre 57 500 $. Vos cotisations ne donnent pas droit à des déductions fiscales, mais toutes les sommes que vous détenez dans le CELI fructifient à l’abri du fisc – et vous ne payez pas d’impôt sur les retraits non plus. D’ailleurs, en cas de retrait, les droits de cotisation sont rétablis au cours de l’année civile suivante.

Votre conseiller MD peut examiner votre plan financier et vous recommander des stratégies fiscalement avantageuses pour vous éviter de payer plus d’impôt qu’il ne le faut, aujourd’hui comme demain.


Il est possible que des gouvernements étrangers appliquent des retenues d’impôt. L’IRS, par exemple, applique une retenue d’impôt sur les dividendes versés aux résidents canadiens qui détiennent des parts de sociétés américaines.

Aucun article précédent

Article suivant
Les résidents et l’épargne : cinq prétextes qui ne tiennent pas la route

Vos études en médecine ont coûté cher en temps et en argent, et vous voici en train d’amorcer le grand vira...