Le plan successoral : un jeune médecin en a-t-il besoin?

July 19, 2018

Pour la plupart des jeunes adultes en début de carrière, la planification successorale semble s’adresser d’abord aux gens âgés et fortunés.

Cependant, nul besoin d’avoir une longue liste d’héritiers ou de biens à distribuer pour coucher sur papier vos dernières volontés et avoir ainsi l’esprit tranquille. En effet, en cas de décès prématuré, vous éviterez à vos proches une éventuelle pagaille juridique ou un stress financier.

En tant que résident ou médecin en début de carrière, vous avez de bonnes raisons de reporter la planification successorale pour vous concentrer sur d’autres priorités financières. Notez toutefois que si votre situation est simple, la planification successorale le sera aussi.

Prenons comme exemple fictif deux jeunes personnes en couple et voyons ce qu’elles pourraient inclure dans leur plan.

Le Dr Ian Guay, 32 ans, est résident en anesthésiologie; Johanne Leblanc, 30 ans, est physiothérapeute. Ils sont mariés depuis un an et songent à fonder bientôt une famille.

Le Dr Guay aura peu de dettes à la fin de sa résidence, car sa famille l’a aidé à payer ses études. Le couple aimerait acheter une maison dans quelques années et profiter alors, avec un peu de chance, d’une accalmie du marché immobilier.

Planifier leur succession maintenant leur apparaît prématuré, les deux ayant l’impression de tout juste commencer dans la vie.

Cependant, le fait de régler ne serait-ce que quelques aspects leur permettra de faire connaître leurs volontés et de prendre des mesures pour veiller l’un sur l’autre et sur leurs enfants à venir.

  1. Testament

    La première chose que chacun doit faire est de rédiger son testament. Ce document constitue la base du plan successoral. Les conjoints peuvent se nommer réciproquement comme liquidateur. Ils devraient aussi nommer un liquidateur suppléant s’ils devaient décéder tous les deux. Même s’ils n’ont pas encore d’enfants, ils peuvent désigner déjà la personne qui en obtiendra la garde.

    Leur testament devrait aussi détailler la distribution de leurs actifs (par exemple, au conjoint survivant ou à des membres de la famille) et inclure des renseignements sur les arrangements funéraires et l’inhumation.

    Un testament devrait être revu régulièrement (par exemple, tous les cinq ans), particulièrement lors de changements importants.


  2. Assurance vie

    Le Dr Guay détient une assurance vie temporaire renouvelable d’un million de dollars par l’intermédiaire de son association médicale provinciale.

    L’assurance vie temporaire constitue souvent le choix de départ, car elle est moins chère que l’assurance permanente. Elle prévoit une assurance pure pour une période déterminée. Si le titulaire décède au cours de cette période, une prestation de décès non imposable est versée au bénéficiaire. Par contre, aucune prestation n’est versée en cas de décès après l’échéance.

    À cette étape de leur vie, une assurance vie peut constituer pour le Dr Guay et son épouse un moyen de remplacer un revenu et d’assurer la sécurité financière de leur famille en cas de décès de l’un ou de l’autre.

    Plus tard, ils devraient penser à ajouter une assurance vie permanente. Contrairement à l’assurance vie temporaire, cette forme d’assurance comporte une valeur de rachat à laquelle ils pourront avoir accès en cas de besoin.              

    Avec l’augmentation de la valeur de leur patrimoine, l’assurance vie permanente peut constituer une option efficace sur le plan fiscal pour payer l’impôt exigible de la succession. Ainsi, le Dr Guay et son épouse laisseront un héritage plus généreux à leurs enfants et petits-enfants.


  3. Mandat
  4. En donnant à une personne un mandat en cas d’inaptitude, vous l’autorisez à gérer vos finances en votre nom si vous n’est pas apte à le faire.

    Même si le Dr Guay et son épouse détiennent conjointement tous leurs biens, le fait d’avoir chacun un mandat leur donnerait les coudées franches pour agir au nom de l’autre en matière financière. Ces mandats peuvent être établis en même temps que les testaments.

Élaborer un plan successoral revient à planifier une fête à laquelle vous ne participerez pas. Vous pouvez le voir aussi comme une façon de veiller sur votre famille. Chose certaine, vous aurez davantage l’esprit tranquille avec un plan successoral complet.

Pour en savoir plus sur l’établissement d’un plan successoral, communiquez avec un conseiller MD.

 

Article précédent
Comprendre le taux de rendement de votre portefeuille

Lorsque vous passez en revue vos placements, vous vous posez probablement deux grandes questions : quel ren...

Article suivant
Conseils pour la négociation de votre premier salaire

Les médecins résidents canadiens savent exactement quel sera leur salaire et quel est celui de leurs pairs....