La planification financière et les femmes médecins

September 24, 2015

En quoi les femmes médecins sont-elles différentes? D’un point de vue professionnel ou intellectuel, en rien. Par contre, d’un point de vue financier, certains éléments doivent être pris en compte dans la planification à long terme.

En général, les femmes ont plus tendance à faire des pauses dans leur carrière pour prendre congé après la naissance ou l’adoption d’un enfant, de sorte qu’elles ont moins d’années de revenu que leurs collègues masculins.

De plus, les statistiques montrent que les femmes vivent généralement plus longtemps que les hommes1. Ces deux facteurs font que les femmes médecins doivent prévoir davantage d’épargne ou de fonds de retraite.

« Pour atteindre et maintenir leur indépendance financière à long terme, les femmes médecins doivent absolument s’habituer à prendre des décisions financières, souligne Bridget Paton, conseillère financière principale chez Gestion MD limitée. Il peut être utile de prendre le temps d’apprendre les notions de base de la gestion financière et des principes de placement, et de créer un plan financier à long terme. »

Voici quelques conseils à garder en tête aux différentes étapes de votre carrière :

Étudiantes en médecine : prenez de bonnes habitudes financières

Il n’est jamais trop tôt pour commencer à organiser ses finances. Commencez par définir vos objectifs (à court, moyen et long terme), puis élaborez un plan.

Dressez un budget sommaire avant le début de chaque année d’études. Estimez vos dépenses et votre revenu potentiel. Soyez consciente de ce que vous possédez et de ce que vous devez, même si vous ne gagnez pas de salaire ou ne mettez pas d’argent de côté.

Si vous devez contracter un prêt pour payer vos études, votre budget vous aidera à déterminer combien vous devez emprunter et à mieux gérer votre argent.

Résidentes et congés de maternité : connaissez les prestations disponibles

Beaucoup de résidentes qui souhaitent avoir des enfants trouvent que la résidence est le moment idéal pour franchir ce pas. Peu importe quand vous décidez de fonder une famille, votre décision de devenir parent doit comprendre une planification qui tient compte des conséquences financières de la venue au monde d’un enfant.

Alors que la plupart des médecins en exercice sont travailleurs autonomes, les médecins résidents sont considérés comme des employés. Les congés de maternité varient d’une province et d’un territoire à l’autre.

Par exemple, en Colombie-Britannique, les résidentes qui accouchent ont droit à 52 semaines consécutives de congé de maternité non rémunéré. En plus d’obtenir ce congé (prestations de maladie ininterrompues incluses), elles reçoivent une certaine rémunération.

En Ontario, une résidente a droit jusqu’à 17 semaines consécutives de congé de maternité, à sa discrétion. En aucun cas, elle ne sera obligée de reprendre le travail moins de 6 semaines après l’accouchement, et elle peut prolonger son congé jusqu’à un maximum de 12 mois, comprenant les congés parentaux.

Médecins en exercice : réduisez votre impôt

Les impôts sont une des principales dépenses que les médecins engageront durant leur carrière. L’impôt sur le revenu pourrait atteindre 50 % de votre revenu imposable (selon votre province ou territoire de résidence et votre revenu).

Votre plan financier devrait donc comprendre des façons de réduire le plus possible l’impôt payé tout en maximisant vos liquidités. Par exemple, si vous déménagez pour effectuer votre résidence, vous pourrez déduire vos frais de déplacement et de déménagement. Ou si votre employeur exige que vous utilisiez votre véhicule dans le cadre du travail, il se peut que vous puissiez déclarer les dépenses liées à son utilisation.

De nombreux médecins optent pour la constitution en société pour réduire leur impôt, puisque le taux d’imposition des entreprises est souvent beaucoup plus bas que celui des particuliers. Cette démarche offre également les avantages que sont le fractionnement du revenu et le report de l’impôt.

Selon votre situation financière, d’autres stratégies d’optimisation fiscale pourraient être à votre disposition, précise Mme Paton.

Retraite : préparez-vous à une longue retraite

Comme l’espérance de vie augmente sans cesse, les femmes devraient en général tenir compte de l’incidence financière d’une vie possiblement plus longue. Il devient alors particulièrement important d’épargner en vue de la retraite.

Voici quelques options d’épargne-retraite :

  • Régime enregistré d’épargne-retraite (REER). Il s’agit d’un compte de placement assorti d’avantages fiscaux conçu pour vous aider à maximiser votre épargne-retraite. Les cotisations à votre REER fructifient à l’abri de l’impôt et réduisent votre revenu imposable. Les retraits sont ensuite traités comme un revenu imposable.
  • Fonds enregistré de revenu de retraite (FERR). Ce fonds sert à retirer un revenu de retraite. Les placements dans le FERR continuent de fructifier à l’abri de l’impôt, comme dans un REER. Vous pouvez continuer à gérer votre FERR de la même façon que votre REER, mais vous ne pouvez pas y cotiser.
  • Régime de retraite individuel (RRI). Il s’agit d’un autre instrument d’épargne-retraite permettant un allègement fiscal accru et des prestations de retraite plus généreuses que ce que permettent les REER et les autres régimes de retraite. Un RRI peut être créé pour une personne ou pour un groupe d’employés d’une même entreprise.

« Prendre les commandes de ses finances, c’est prendre les commandes de son bien-être futur, explique Mme Paton. Un conseiller financier qui comprend les besoins propres aux femmes médecins vous aidera à concevoir des plans financiers aussi efficaces que possible. »

Article précédent
Médecins résidents : l'importance d'adopter une stratégie financière

Une stratégie financière peut-elle servir aux résidents peu fortunés ou endettés par leurs études en médeci...

Article suivant
Trois choses à savoir à propos des REEE

L’obtention d’un diplôme d’études postsecondaires constitue un atout important pour participer à une économ...