La constitution en société : une bonne option pour vous?

Tout médecin qui travaille à son compte doit, à un certain moment dans sa carrière, prendre une importante décision : exercer sa profession en société ou non.

La constitution en société, communément appelée « incorporation », consiste à créer une personne morale, la société, qui devient alors propriétaire de vos activités professionnelles. Quant à vous, vous devenez actionnaire, unique ou non, de cette société.

Une société peut vous aider à gérer votre flux de revenus, à faire fructifier votre patrimoine et à épargner grâce au report de l’impôt, ce qui explique que de nombreux médecins canadiens travaillant à leur compte choisissent cette option. Toutefois, elle ne convient pas nécessairement à tous, et plusieurs médecins décident de franchir le pas plus tard dans leur carrière.

La constitution en société est-elle appropriée pour vous à cette étape-ci de votre carrière? Voici cinq questions qui vous aideront à déterminer si cette option est à votre avantage.

1. Êtes-vous travailleur autonome?

Oui - Si vous êtes travailleur autonome et rémunéré à l’acte, une société vous permet de bénéficier du taux d’imposition des petites entreprises. Si vous exercez en groupe, vous pouvez aussi vous « incorporer », mais l’accès à certains avantages, dont le taux d’imposition des petites entreprises, peut être limité selon la structure du groupe.

Non - Si vous êtes employé salarié ou médecin résident, vous ne pouvez pas exercer en société à ce moment-ci de votre carrière.

2. Vos revenus sont-ils de loin supérieurs à vos besoins, vous permettant ainsi d’épargner?

Oui - Si vos revenus sont considérablement plus élevés que vos dépenses, l’exercice en société peut réduire votre facture totale d’impôt, car vous pouvez laisser dans la société l’argent dont vous n’avez pas besoin et ainsi bénéficier du taux réduit des petites entreprises sur la première tranche de 500 000 $ de votre revenu annuel.

Non - Si vous dépensez la quasi-totalité de vos revenus, l’exercice en société peut ne pas vous convenir – à tout le moins, pas encore. Certains médecins ont besoin de toutes leurs entrées d’argent. Si c’est votre cas, un des principaux avantages de l’« incorporation » vous échappera : le report de l’impôt sur les sommes laissées dans la société.

3. Souhaitez-vous épargner plus que ne vous le permettent le REER et le CELI?

Oui - Une société vous permet d’épargner à l’abri de l’impôt des sommes supérieures aux plafonds de cotisation du REER et du CELI. Si vous placez votre argent par l’entremise de votre société, vos épargnes sont imposées au taux des petites entreprises, ce qui vous permet de faire fructifier plus rapidement vos avoirs.

Non - Même si vous avez répondu « non » à cette question, votre réponse pourrait changer avec le temps. Le jour où vous épargnerez davantage, cet avantage de l’exercice en société sera plus tangible.

4. Avez-vous des dettes importantes?

Oui - Les revenus que vous laissez dans une société sont inférieur à celui des particuliers. Les sommes ainsi libérées vous permettent de rembourser plus rapidement vos dettes d’affaires et de commencer plus tôt à accumuler du capital. Si vous prévoyez emprunter pour acheter un immeuble pour votre clinique ou du matériel coûteux, la constitutio

Non - Si vous avez répondu « non », cet avantage n’est pas pertinent pour vous en ce moment.

5. Pensez-vous que votre revenu variera d’une année à l’autre?

Oui - À un certain moment de votre carrière, vous pourriez vouloir faire du bénévolat dans un autre pays, ou encore, prendre un congé parental ou une sabbatique. Grâce à la souplesse que procure une société, vous pourriez économiser de l’impôt en étalant vos revenus sur plusieurs années.

Non - Si vous avez répondu « non », cet avantage n’est pas pertinent pour vous.

Faites un choix qui convient à votre situation

Comme vous pouvez le voir, les avantages potentiels de la constitution en société sont appréciables, mais ils dépendent de plusieurs facteurs. Assurez-vous d’abord que cette option est avantageuse pour vous. Répondre aux cinq questions qui précèdent est un bon point de départ.

Si vous croyez être prêt pour une analyse plus détaillée, un conseiller MD* vous mettra au courant des tenants et aboutissants de la constitution en société et vous aidera à faire un choix judicieux qui optimisera vos perspectives financières – à court et à long terme.

 

* « Conseiller MD » désigne un conseiller financier de Gestion MD limitée (au Québec, un conseiller en placement) ou un gestionnaire de portefeuille de Conseils en placement privés MD.

Aucun article précédent

Article suivant
Cinq conseils pour préparer votre retraite
Cinq conseils pour préparer votre retraite

Voici cinq conseils pour garder le cap.