Grèce : Malgré un vote massif pour le « non », l’incertitude persiste

July 6, 2015

Au référendum du 5 juillet, les électeurs grecs ont rejeté massivement l’austérité que voudraient leur imposer les créanciers du pays en échange de fonds de sauvetage. Plus de 61 % des électeurs ont en effet répondu à l’appel d’un « non » lancé par le premier ministre Alexis Tsipras. Toutefois, la question posée à la population grecque ne demandait pas explicitement si, oui ou non, la Grèce devait demeurer dans la zone euro ou continuer d’utiliser l’euro. Elle demandait plutôt si, oui ou non, la Grèce devait accepter les conditions que ses créanciers souhaitent lui imposer en contrepartie de fonds de sauvetage. Le gouvernement grec reconnaît que les résultats de ce référendum ne lui donnent pas le mandat d’engager une rupture avec l’Europe, mais interprète les conclusions comme un argument qui vient étayer sa position en prévision de nouvelles négociations avec les créanciers. Pourtant, bon nombre de ceux-ci avaient déjà indiqué la semaine dernière qu’un vote pour le « non » pourrait être considéré comme un vote pour la sortie de la zone euro. Peu après le référendum, le ministre des Finances, Yanis Varoufakis, a annoncé sa démission, dans une tentative de conciliation visant à faciliter les négociations à venir avec les créanciers de la Grèce. L’identité de son remplaçant sera annoncée plus tard cette semaine.

Qu’est-ce qui a changé?

Même si l’humeur était à la fête à Athènes dans les moments qui ont suivi l’annonce des résultats du référendum, il n’en reste pas moins que l’appartenance de la Grèce à la zone euro est en cause, et que les banques grecques sont pratiquement à court de liquidités et font face à un risque d’effondrement. Même si les Grecs ont donné à leur gouvernement le mandat de négocier un accord avec plus d’ardeur, les Européens hors Grèce, eux, n’ont pas accordé à leurs gouvernements respectifs le mandat d’acquiescer aux exigences de la Grèce. Le résultat du référendum a donc accru l’incertitude et vraisemblablement augmenté la probabilité d’une exclusion de la Grèce de la zone euro.

Qu’arrivera-t-il maintenant?

Tout repose maintenant sur la réaction européenne. Des négociations d’urgence auront lieu cette semaine entre les dirigeants de la zone euro à l’occasion d’une rencontre à Bruxelles et dans le cadre de conférences téléphoniques entre les différents dirigeants européens. On ne sait pas encore avec certitude quand les banques grecques rouvriront leurs portes. Cependant, il semble plausible qu’elles resteront fermées au moins jusqu’au vendredi 10 juillet.

Quel est le point de vue de MD?

Le résultat le plus souhaitable et le plus probable pour la zone euro et les marchés financiers demeure la conclusion d’un accord sur les conditions d’un sauvetage, de préférence d’ici le 20 juillet, date à laquelle des obligations grecques d’une valeur approximative de 3,5 milliards d’euros détenues par la Banque centrale européenne arriveront à échéance. Nous croyons que le risque que les problèmes du système bancaire grec se propagent ailleurs est inférieur à ce qu’il était il y a quelques années, car la Banque centrale européenne dispose maintenant d’outils additionnels pour contrer toute retombée néfaste de la situation. L’enjeu demeure cependant hautement politique et l’incertitude restera très élevée à court terme.

Comment les portefeuilles et les fonds MD sont-ils positionnés?

Notre engagement direct sur les marchés financiers de la Grèce demeure limité. À notre avis, sur un horizon de 6 à 24 mois, les marchés boursiers des pays développés devraient continuer de s’apprécier plus rapidement que les marchés boursiers américains. Nous vous encourageons donc à continuer de travailler avec votre conseiller MD au maintien d’un portefeuille conforme à vos buts et à votre horizon temporel et bien positionné pour résister à l’incertitude à court terme créée par la situation en Grèce ou par d’autres activités sur les marchés.

Article précédent
Comment gérer les changements de revenus pendant votre passage à la pratique

Le passage à l’exercice autonome de la médecine est un moment excitant et stimulant dans la vie d’un médeci...

Article suivant
Le point sur la situation économique en Grèce

Le 28 juin dernier, les négociations sur la dette entre la Grèce et ses créanciers ont été rompues. Le prem...