Skip to main content

Médecins résidents : Vos dix grandes questions sur les marges de crédit

1. En quoi la marge de crédit pour étudiants diffère-t-elle du prêt étudiant?

Tant dans le cas de la marge de crédit que du prêt étudiant, il y a deux parties, soit le créancier (en l’occurrence, vous) et le prêteur.

Vous présentez une demande de marge de crédit, comme la marge pour étudiants, auprès d’une institution financière, par exemple une banque ou une coopérative de crédit. Une fois votre demande approuvée, vous pouvez retirer des fonds à mesure que vous en avez besoin, jusqu’à concurrence de la limite accordée, qui est habituellement beaucoup plus élevée que le prêt étudiant. Certaines institutions financières ne vous laisseront retirer qu’une partie de la limite totale accordée chaque année.

Le prêt étudiant ne porte pas intérêt tant que vous n’avez pas obtenu votre diplôme, contrairement à la marge de crédit pour étudiants, où l’intérêt commence à courir dès que vous retirez des fonds.

Les programmes de prêt étudiant relèvent du gouvernement provincial ou fédéral. Tout au long de vos études, vous devez présenter une nouvelle demande de prêt étudiant chaque année, et l’aide financière vous est versée sous forme de montant forfaitaire.

2. Quels sont les avantages de la marge de crédit pour étudiants par rapport au prêt étudiant?

La marge de crédit pour étudiants offre beaucoup plus de souplesse que le prêt étudiant : vous pouvez emprunter les sommes nécessaires selon les besoins au lieu d’obtenir la totalité du prêt une fois approuvé.

C’est donc dire que vous pouvez gérer les montants à emprunter dans le temps, ce qui est beaucoup plus pratique.

3. Y a-t-il des restrictions quant à l’usage des fonds provenant de la marge de crédit pour étudiants?

Non, vous utilisez les fonds comme bon vous semble. Pour cette raison, il est judicieux de s’en tenir à un plan d’emprunt établi en fonction de votre budget. Sinon, vous risquez d’emprunter plus que de raison parce que les fonds sont accessibles, puis de vous retrouver avec une dette importante à rembourser plus tard.

4. Comment l’intérêt sur la marge de crédit pour étudiants est-il calculé?

L’intérêt est calculé quotidiennement sur le montant emprunté, au taux établi par l’institution financière prêteuse. Ce taux est généralement établi en fonction du taux de base du prêteur (consenti à ses meilleurs clients) et exprimé en pourcentage annuel1.

Le taux d’intérêt sur la marge de crédit pour étudiants correspond généralement au taux de base, mais certaines institutions appliquent le taux de base moins 0,25 %. L’intérêt est calculé quotidiennement et s’ajoute au montant dû tous les mois.

5. Le taux d’intérêt appliqué à la marge de crédit pour étudiants peut-il changer dans le temps?

Oui! L’intérêt à payer sur les montants empruntés suivra les fluctuations du taux d’intérêt consenti par le prêteur.

Ainsi, en cas de hausse du taux d’intérêt, l’intérêt à verser sur les sommes augmentera.

Au contraire, en cas de baisse du taux d’intérêt, l’intérêt à verser sur les sommes diminuera.

6. Pendant ma résidence, aurai-je à effectuer des versements sur la marge de crédit pour étudiants?

Les règles relatives au remboursement des prêts varient d’une institution à une autre. Dans certains cas, vous devrez payer chaque mois l’intérêt sur les montants empruntés. Dans d’autres cas, vous pourrez « capitaliser » l’intérêt, c’est-à-dire l’ajouter au solde dû. Bref, peu importe les règles relatives au remboursement, de l’intérêt court toujours sur les sommes empruntées.

7. Que se passera-t-il si je décide de faire ajouter l’intérêt au solde de la marge de crédit pour étudiants?

Si le prêteur vous offre la possibilité de capitaliser les paiements d’intérêt, l’intérêt accumulé s’ajoutera au solde impayé. On parle alors de « capitalisation de l’intérêt ». L’inconvénient, c’est que vous devrez alors payer de l’intérêt sur l’intérêt que vous devez déjà.

8. Qu’advient-il de la marge de crédit pour étudiants lorsque ma résidence prend fin?

Les règles de remboursement une fois la résidence terminée diffèrent aussi d’un prêteur à un autre. Certains exigent que le remboursement débute dès la fin de la résidence, alors que d’autres permettent d’attendre un ou deux ans.

À la fin de votre résidence, votre situation financière changera. Si vous avez du temps avant de commencer à rembourser vos dettes, vous pourrez vous doter d’un plan de remboursement dans le cadre de votre plan financier d’ensemble, en fonction de votre situation financière.

9. Si j’ai beaucoup de dettes au terme de mes études en médecine, vais-je tout de même atteindre mes objectifs financiers?

Le fait est que, au Canada, la plupart des étudiants en médecine ont des dettes au terme de leurs études. Cependant, c’est en bonne partie grâce au crédit que bien des étudiants et des résidents réussissent à terminer leur formation et à atteindre leur but, soit devenir médecins. En effet, le recours au crédit conjugué à des conseils professionnels et à un plan financier adapté à vos besoins vous aidera à établir vos priorités et à atteindre vos objectifs financiers pendant votre résidence et après.

10. Et si j’ai des questions?

La marge de crédit pour étudiants pourrait être la solution tout indiquée en réponse à vos besoins en matière d’emprunt pendant votre résidence, puis durant votre transition vers l’exercice de la médecine. Pour en savoir plus, communiquez avec un conseiller MD*.

« Taux de base » s’entend du taux d’intérêt variable que publie de temps à autre l’institution financière prêteuse et qui lui sert de taux de référence pour les prêts à vue en dollars canadiens qu’elle accorde. Le taux peut changer sans préavis.

* « Conseiller MD » désigne un conseiller financier de Gestion MD limitée (au Québec, un conseiller en placement).

L’information ci-dessus ne doit pas être interprétée comme des conseils professionnels en placements ou d’ordre financier, fiscal, juridique, comptable ou de nature similaire applicables en contexte canadien ou étranger, et elle ne saurait en aucun cas remplacer les conseils d’un fiscaliste, d’un comptable ou d’un conseiller juridique indépendant.