Skip to main content

Sept déductions fiscales et crédits d’impôt pour les médecins résidents

Connaître les avantages fiscaux auxquels vous avez droit en tant que médecin résident peut vous aider à limiter l’impôt que vous payez.

Aussi bien les déductions fiscales que les crédits d’impôt réduisent l’impôt exigible. Alors, quelle est la différence entre les deux? Avec une déduction fiscale, plus votre taux d’imposition marginal (c.-à-d. votre revenu) est élevé, plus la valeur des déductions augmente. Avec un crédit d’impôt, les économies sont les mêmes pour toutes les fourchettes d’imposition.

Voici sept déductions et crédits qu’il convient d’examiner.

1. Frais de scolarité

Tous frais de scolarité que vous avez payés pendant votre résidence peuvent donner droit à un crédit d’impôt non remboursable. Outre les frais de scolarité comme tels, vous pourriez aussi réclamer les frais d’inscription, d’admission, d’accès à la bibliothèque ou aux laboratoires, de délivrance de votre diplôme ainsi que les frais obligatoires de services informatiques.

Les frais d’examen pourraient aussi être admissibles au crédit d’impôt pour frais de scolarité. Selon le site Web du Conseil médical du Canada, les frais de son examen d’aptitude (EACMC, parties I et II) le sont, tout comme certains frais accessoires (frais de changement de centre et frais de retard, jusqu’à concurrence de 250 $).

Astuce : Si vous n’avez pas utilisé l’entièreté de vos crédits d’impôt pour frais de scolarité lorsque vous étiez aux études, vous pouvez vous en servir pour réduire votre impôt. S’il vous reste toujours un montant inutilisé à la fin de l’année, il sera reporté automatiquement. De plus, si vous avez payé des frais de scolarité pendant l’année et que vous n’avez pas utilisé ou transféré le crédit à une personne admissible (votre époux ou conjoint de fait ou, sous réserve de certaines conditions, un de vos parents ou grands-parents), celui-ci sera lui aussi automatiquement reporté.

2. Intérêts sur les prêts étudiants

Si vous avez contracté un prêt en vertu de la Loi fédérale sur les prêts aux étudiants, de la Loi fédérale sur l’aide financière aux étudiants ou d’un programme de prêts provincial ou territorial similaire, vous pouvez demander un crédit d’impôt fédéral non remboursable équivalant à 15 % des intérêts payés sur vos prêts étudiants en 2020.

Vous avez payé moins d’intérêts en 2020 que par les années passées? C’est probablement parce que le gouvernement fédéral a suspendu le remboursement des prêts étudiants du 30 mars au 30 septembre derniers. Aucun intérêt ne s’est donc accumulé sur la partie fédérale de vos prêts pendant cette période.

À noter que les intérêts sur une marge de crédit ou un prêt personnel ne sont pas admissibles au crédit d’impôt pour frais de scolarité.

Astuce : Si vous n’avez pas réclamé les intérêts payés sur vos prêts étudiants par le passé, vous pouvez le faire rétroactivement jusqu’à concurrence des cinq dernières années.

3. Frais de déménagement

Si, au cours de la dernière année, vous avez déménagé pour vous rapprocher d’au moins 40 kilomètres d’un nouveau lieu de travail, vous pourrez déduire les frais de déménagement admissibles du revenu gagné à ce nouvel endroit. Les frais de déménagement comprennent les frais de transport et d’entreposage, de déplacement, de subsistance temporaire ou de résiliation d’un bail et autres frais connexes.

Astuce : Si pour déménager, vous avez dû vendre ou acheter une habitation, vous pourrez peut-être déduire les sommes engagées pour annoncer votre maison, les honoraires du notaire ou de l’avocat et autres frais juridiques, la commission du courtier immobilier, les droits de mutation et tous autres frais d’enregistrement.  

4. Cotisations syndicales, professionnelles et autres

Si, pour exercer la médecine, vous devez payer des frais d’adhésion à une association médicale ou au collège des médecins et chirurgiens d’une province ou d’un territoire, vous pouvez généralement les déduire de votre revenu imposable. Les cotisations syndicales versées à une association provinciale de résidents (Fédération des médecins résidents du Québec, PARO, Maritime Resident Doctors, etc.) sont elles aussi généralement déductibles.

Astuce : Vous n’avez pas à joindre le reçu officiel du syndicat ou de l’association à votre déclaration de revenus. En revanche, assurez-vous de le conserver dans l’éventualité où l’ARC vous le demanderait.

5. Montant pour l’achat d’une première habitation

Si vous avez acheté une première habitation, vous pourriez avoir droit à un crédit d’impôt fédéral non remboursable équivalent à 15 % de 5 000 $ l’année de l’achat. Le crédit se traduit par une économie d’impôt pouvant aller jusqu’à 750 $.

Astuce : Pour être considérés comme des acheteurs d’une première habitation, votre époux ou conjoint de fait et vous ne devez pas avoir été propriétaires d’une autre habitation ni avoir habité, au cours de l’année de l’acquisition ou des quatre années précédentes, dans une autre habitation appartenant à l’un de vous. De plus, l’habitation doit être occupée comme résidence principale au plus tard un an après son achat.

6. Frais de garde d’enfants 

Si vous avez des enfants, les frais de garderie, de gardiennage ou d’un aide familial à temps plein sont déductibles jusqu’à concurrence de 8 000 $ par année par enfant de moins de 7 ans, et jusqu’à concurrence de 5 000 $ par année par enfant âgé de 7 à 16 ans. En général, c’est l’époux ou le conjoint de fait dont le revenu est le moins élevé qui réclame cette déduction (sauf si cette personne est aux études ou est handicapée, ou si les deux conjoints sont séparés).

Astuce : L’ARC n’exige généralement pas la ventilation des frais de garde d’enfants. Tant que le total des frais de garde ne dépasse pas la limite permise par enfant multipliée par le nombre d’enfants, tous les frais admissibles sont généralement reconnus. Pour profiter pleinement des déductions de base pour les frais de garde d’enfants, assurez-vous d’inclure dans votre déclaration de revenus tous vos enfants de 16 ans ou moins ainsi que ceux ayant une déficience.

7. Utilisation d’un véhicule

Le coût de vos allers-retours entre votre domicile et votre lieu de travail habituel (hôpital ou clinique) est considéré comme une dépense personnelle et n’est donc pas déductible.

Toutefois, les médecins résidents peuvent déduire les frais de déplacement engagés s’ils doivent se rendre à un lieu de travail temporaire, au domicile d’un patient, à un congrès médical ou à une réunion d’employés, ou s’ils reçoivent un appel d’urgence. Vous pouvez déduire au prorata une partie de vos dépenses d’utilisation d’un véhicule (c.-à-d. la proportion du kilométrage total parcouru à des fins professionnelles), comme les primes d’assurance, les réparations et l’entretien, les intérêts sur un prêt automobile, les mensualités d’une location à long terme, les péages, les frais de stationnement et autres coûts connexes. Vous pouvez aussi déduire le coût des trajets en taxi ou en transport collectif, du stationnement et des péages liés à votre travail.

Astuce : Tout au long de l’année, vous devrez consigner dans un registre le kilométrage parcouru pour le travail et votre kilométrage total pour l’année civile.  Votre employeur devra également vous remettre un formulaire T2200 (Déclaration des conditions d’emploi) rempli et signé. 

Vous êtes un médecin résident et votre situation fiscale est simple? Alors, faites préparer gratuitement votre déclaration de revenus par le cabinet comptable MNP. Un fiscaliste peut aussi vous aider à produire votre déclaration de revenus. Pour obtenir des conseils de planification financière personnalisés, adressez-vous à votre conseiller MD*.

« Conseiller MD » désigne un conseiller financier de Gestion MD limitée (au Québec, un conseiller en placement) ou un gestionnaire de portefeuille de Conseils en placement privés MD.

L’information ci-dessus ne doit pas être interprétée comme des conseils professionnels en placements ou d’ordre financier, fiscal, juridique, comptable ou de nature similaire, et elle ne saurait en aucun cas remplacer les conseils d’un fiscaliste, d’un comptable ou d’un conseiller juridique indépendant.