Skip to main content

Six déductions fiscales et crédits d’impôt à la portée des étudiants en médecine

Vous étudiez en médecine et touchez peu ou pas de revenus ?

Même si vous n’êtes pas nécessairement obligé de produire une déclaration de revenus, il est dans votre intérêt de le faire. En effet, vous pourriez avoir droit au crédit pour la TPS/TVH, une prestation trimestrielle versée aux personnes à revenu faible ou modeste. De plus, produire une déclaration de revenus vous permettra de reporter certains crédits d’impôt et de les utiliser ultérieurement pour réduire votre revenu imposable.

Voici quelques déductions et crédits d’impôt qui, si vous y êtes admissible, réduiront votre impôt actuel ou futur.

1. Frais de scolarité

En médecine, les frais de scolarité annuels peuvent atteindre plusieurs milliers de dollars, d’où la grande valeur du crédit d’impôt pour frais de scolarité. Outre les frais de scolarité comme tels, vous pourriez aussi réclamer les frais d’inscription, d’admission, d’accès à la bibliothèque ou aux laboratoires, de délivrance de votre diplôme ainsi que les frais obligatoires de services informatiques.

Les frais d’examen pourraient aussi être admissibles au crédit d’impôt pour frais de scolarité. Selon le site Web du Conseil médical du Canada, les frais de son examen d’aptitude (EACMC, parties I et II) le sont, tout comme certains frais accessoires (frais de changement de centre et frais de retard, jusqu’à concurrence de 250 $).

Pour demander le crédit d’impôt pour frais de scolarité, vous devez obtenir un des formulaires suivants de votre établissement d’enseignement :

  • Formulaire T2202 – Certificat pour frais de scolarité et d’inscription
  • Formulaire TL11A – Certificat pour frais de scolarité et d’inscription – Université à l’extérieur du Canada
  • Formulaire TL11C – Certificat pour frais de scolarité et d’inscription – Étudiant frontalier fréquentant un établissement aux États-Unis
  • Formulaire TL11D – Certificat de frais de scolarité – Établissements d’enseignement à l’extérieur du Canada pour les résidents réputés du Canada

Astuce : Si, faute d’un revenu suffisant, vous n’êtes pas en mesure de réclamer la totalité de votre crédit d’impôt pour frais de scolarité, vous pouvez le transférer à une personne admissible (votre époux ou conjoint de fait ou, sous réserve de certaines conditions, un de vos parents ou grands-parents). Vous pouvez aussi le reporter à une année ultérieure. 

2. Intérêts sur les prêts étudiants

Avez-vous contracté un prêt étudiant du gouvernement? Il peut s’agir d’un prêt consenti en vertu de la Loi fédérale sur les prêts aux étudiants, de la Loi fédérale sur l’aide financière aux étudiants ou d’un programme de prêts provincial ou territorial similaire.

Si c’est votre cas, assurez-vous de demander le crédit d’impôt fédéral non remboursable de 15 % sur les intérêts de vos prêts étudiants. Vous avez payé moins d’intérêts en 2020 que par les années passées? C’est probablement parce que le gouvernement fédéral a suspendu le remboursement des prêts étudiants du 30 mars au 30 septembre derniers. Aucun intérêt ne s’est donc accumulé sur la partie fédérale de vos prêts pendant cette période.

À noter que les intérêts sur une marge de crédit ou un prêt personnel ne sont pas admissibles au crédit d’impôt pour frais de scolarité.

Astuce : Si vous ne devez aucun impôt cette année, n’inscrivez pas les intérêts payés dans votre déclaration de 2020. Faites-le plutôt dans l’une des déclarations des cinq prochaines années. L’ARC n’effectue pas le suivi de ce montant reporté, comme c’est le cas pour d’autres crédits d’impôt (dont celui pour frais de scolarité).  

3. Frais de déménagement

Si, au cours de la dernière année d’imposition, vous avez déménagé pour vous rapprocher d’au moins 40 kilomètres d’un établissement d’enseignement postsecondaire que vous fréquentez à temps plein, vous pourrez déduire les frais de déménagement admissibles des bourses ou subventions imposables reçues. Les frais de déménagement comprennent les frais de transport et d’entreposage, de déplacement, de subsistance temporaire ou de résiliation d’un bail et autres frais connexes.

Si votre revenu pour cette année n’est pas suffisant pour que vous puissiez déduire tous les frais de déménagement admissibles, vous pourrez peut-être les reporter à une année d’imposition subséquente. Conservez vos reçus dans l’éventualité où l’ARC vous les demanderait.

Astuce : Si pour déménager, vous avez dû vendre ou acheter une habitation, vous pourrez peut-être déduire les sommes engagées pour annoncer votre maison, les honoraires du notaire ou de l’avocat et autres frais juridiques, la commission du courtier immobilier, les droits de mutation et tous autres frais d’enregistrement.  

4. Frais médicaux

Si vous avez engagé des frais médicaux (y compris pour des soins dentaires et des soins de la vue) qui ne sont pas couverts par votre régime d’assurance, vous pourrez peut-être les déduire de votre revenu imposable. Pour 2020, les frais médicaux admissibles en sus de 2 397 $ ou de 3 % de votre revenu net (selon le montant le moins élevé) donnent droit à un crédit d’impôt fédéral non remboursable de 15 %.

Astuce : Certaines précautions s’imposent si vous reportez d’importants crédits d’impôt pour frais de scolarité d’années antérieures. Vous devez utiliser ces crédits d’impôt afin de réduire votre revenu imposable avant de déduire vos frais médicaux, sinon vous perdrez le montant de ces crédits.

5. Montant pour l’achat d’une première habitation

Si vous avez acheté une première habitation, vous pourriez avoir droit à un crédit d’impôt fédéral non remboursable équivalent à 15 % de 5 000 $ l’année de l’achat. Le crédit se traduit par une économie d’impôt pouvant aller jusqu’à 750 $.

Astuce : Pour être reconnus comme des acheteurs d’une première habitation, votre époux ou conjoint de fait et vous ne devez pas avoir été propriétaires d’une autre habitation ni avoir habité, au cours de l’année de l’acquisition ou des quatre années précédentes, dans une autre habitation appartenant à l’un de vous. De plus, l’habitation doit être occupée comme résidence principale au plus tard un an après son achat.

6. Frais de garde d’enfants 

Si vous avez des enfants, les frais de garderie, de gardiennage ou d’un aide familial à temps plein sont déductibles jusqu’à concurrence de 8 000 $ par année par enfant de moins de 7 ans, et jusqu’à concurrence de 5 000 $ par année par enfant âgé de 7 à 16 ans. Votre partenaire et vous devez bien sûr avoir un revenu vous permettant de déduire les frais de garde d’enfants, qui ne peuvent être reportés à une année ultérieure. En général, c’est l’époux ou le conjoint de fait dont le revenu est le moins élevé qui réclame cette déduction (sauf si cette personne est aux études ou est handicapée, ou si les deux conjoints sont séparés).

Astuce : En pratique, l’ARC n’exige généralement pas la ventilation des frais de garde d’enfants. Tant que le total des frais de garde ne dépasse pas la limite permise par enfant multipliée par le nombre d’enfants, tous les frais admissibles sont généralement reconnus. Pour profiter pleinement des déductions de base pour les frais de garde d’enfants, assurez-vous d’inclure dans votre déclaration de revenus tous vos enfants de 16 ans ou moins ainsi que ceux ayant une déficience.

Vous êtes étudiant en médecine et votre situation fiscale est simple? Alors, faites préparer gratuitement votre déclaration de revenus par la société comptable MNP.

L’information ci-dessus ne doit pas être interprétée comme des conseils professionnels en placements ou d’ordre financier, fiscal, juridique, comptable ou de nature similaire applicables en contexte canadien ou étranger, et elle ne saurait en aucun cas remplacer les conseils d’un fiscaliste, d’un comptable ou d’un conseiller juridique indépendant.