Conseils pour la négociation de votre premier salaire

September 26, 2016

Les médecins résidents canadiens savent exactement quel sera leur salaire et quel est celui de leurs pairs.

Les salaires sont en effet fixés en vertu des conventions collectives conclues entre les associations provinciales de médecins résidents et les établissements de santé universitaires et par conséquent, tous les médecins résidents d’une même province qui en sont au même point de leur formation touchent le même salaire, qui n’est pas négociable.

Cependant, lorsque vous amorcerez votre carrière en tant que médecin de plein droit, cette « égalité salariale » disparaîtra. Votre revenu dépendra bien sûr de votre spécialité, de votre lieu de travail et des circonstances qui vous sont particulières, mais il sera aussi tributaire de votre habileté à le négocier.

La plupart des gens éprouvent un certain inconfort au moment de négocier leur salaire. Dans le cas plus particulier des médecins, ce malaise est amplifié par la crainte de certains d’être perçus comme ayant choisi la médecine pour « l’argent ». Pourtant, la négociation du meilleur revenu possible et d’obligations raisonnables dès l’obtention de votre premier poste vous permettra de bâtir votre avenir sur des fondements solides. N’oubliez pas que vos futures augmentations de revenu dépendront de la base que vous aurez réussi à établir au départ et que les conditions que vous acceptez d’entrée de jeu seront ensuite considérées comme des acquis dans les négociations de vos futures conditions de travail à d’autres postes.

Sur le simple plan financier, un salaire de départ plus élevé peut avoir un effet déterminant sur votre valeur nette à venir. Plus il vous sera facile d’épargner et de placer de l’argent (et plus votre horizon temporel est long), plus vous bénéficierez de l’effet de la croissance composée.

Pour une négociation efficace : Avoir le bon état d’esprit

Avant de vous mettre en quête des possibilités de carrière qui s’offrent à vous, créez d’abord les conditions nécessaires pour que vos négociations salariales se fassent en douceur. Voici trois aspects cruciaux auxquels vous devriez vous attarder.

1. Apprenez à composer avec l’inconfort.

Pourquoi certaines personnes négocient-elles mieux que d’autres? Sont-elles plus intelligentes, moins émotives ou plus confiantes? Peut-être bien, mais ces qualités ne sont pas la véritable raison de leurs succès. Les personnes qui s’accommodent le mieux de l’inconfort inhérent à toute négociation sont en général celles qui obtiennent les meilleurs résultats.

La plupart des gens ressentent un inconfort si important au moment de négocier leur salaire et les autres aspects de leur rémunération qu’ils préfèrent éviter l’exercice ou en finir le plus rapidement possible. Si vous apprenez à gérer cet inconfort, vous serez en mesure de pousser les négociations plus loin et d’obtenir un résultat final plus satisfaisant.

2. Connaissez la valeur de votre travail.

Les médecins résidents (après plusieurs années d’études et de formation pratique, la plupart du temps dans un rôle de soutien) ont souvent tendance à sous-évaluer leurs capacités et leurs atouts.

Pourtant, les médecins résidents d’aujourd’hui possèdent plus de compétences spécialisées que toutes les générations de médecins qui les ont précédés. Ils apportent une contribution appréciable à l’administration des soins aux patients.

Réfléchissez à la valeur que vous apporterez à l’organisation au sein de laquelle vous pourriez travailler. Dressez ensuite une liste des contributions précises que vous pourriez apporter. Passez cette liste en revue régulièrement.

Toutes les offres que vous recevez devraient tenir compte de cette valeur. Accepter une entente qui n’est pas entièrement satisfaisante pourrait vous imposer des coûts personnels et professionnels importants.

3. Préparez-vous bien à l’avance.

Avant même d’amorcer votre recherche, réfléchissez à vos priorités. Quel est le mode de vie auquel vous aspirez? Quels sont vos buts et objectifs professionnels? Quels sont vos idéaux sur le plan de la charge de travail et de la rémunération?

Ensuite, faites votre travail de recherche. Plusieurs sources d’information s’offrent à vous sur la valeur potentielle de la facturation brute et sur le revenu net des médecins de votre spécialité :

  • les collègues qui ont récemment amorcé leur carrière;
  • le directeur de votre programme;
  • le responsable de votre département;
  • d’autres médecins au sein de l’équipe;
  • les associations médicales provinciales et territoriales qui disposent parfois de données sur la facturation annuelle moyenne dans chaque spécialité.

Renseignez-vous sur les avantages financiers et autres qui pourraient vous être offerts. Vous devriez également réunir le maximum de renseignements sur vos partenaires dans la négociation ainsi que tous les détails possibles sur la possibilité de carrière que vous envisagez. Vous devriez notamment tenter d’établir le nombre probable de candidats qui s’intéressent au poste que vous convoitez, les besoins professionnels précis du groupe ou de l’établissement, et les aspects positifs et négatifs du poste offert.

Ces préparatifs vous permettront d’esquisser un portrait éclairé et objectif sur lequel fonder vos négociations et évaluer les offres qui vous seront faites.

Parmi les autres facteurs qui amélioreront votre position de négociation, mentionnons l’importance de demeurer en tout temps professionnel et courtois. Par ailleurs, avant de signer quelque entente que ce soit, faites-la examiner par votre avocat afin de vous assurer que les modalités et les conditions que vous avez négociées sont bien celles exprimées dans le document.

En abordant vos négociations dans le bon état d’esprit, vous arriverez à obtenir un salaire plus avantageux et vous amorcerez votre carrière et votre avenir en général du bon pied.

Pour en apprendre davantage sur la planification financière, communiquez avec un conseiller MD de Conseils MedEd MDMC. Conseils MedEd MD est une équipe de conseillers et de spécialistes du début de carrière MD au service des étudiants en médecine et des résidents. Trouvez un conseiller MD dans votre région.

Article précédent
Le plan successoral : un jeune médecin en a-t-il besoin?

Pour la plupart des jeunes adultes en début de carrière, la planification successorale semble s’adresser d’...

Article suivant
Plan d’action pour la santé financière d’un médecin résident

Après avoir obtenu en 2016 son diplôme de la faculté de médecine de l’Université Queen’s, la Dre Sarah Liu ...