Comment planifier un congé sabbatique?

On parle de plus en plus de la santé et du bien-être des médecins à l’échelle nationale et, parallèlement, les médecins prennent davantage conscience de la nécessité de veiller à leur propre bien-être mental, émotionnel et physique. Pour certains, cette prise de conscience veut dire changer de mode de vie, apprendre à vivre en pleine conscience ou planifier des vacances régénératrices. Pour d’autres, un congé sabbatique pourrait être la bonne solution.

L’adjectif « sabbatique » vient du mot grec sabbat, que nous associons bien entendu au repos. Pourtant, une sabbatique n’est pas simplement un congé ou des vacances.

« Le congé sabbatique vise une intention, un but [...] et est assorti d’un objectif professionnel », peut-on lire dans Look for Zebras, un blogue consacré aux médecins, « qu’il s’inscrive dans le cadre d’un programme officiel ou d’un projet informel [traduction]. »

Donc, comment les médecins devraient-ils aborder les congés sabbatiques?

Voyez si la sabbatique vous convient

Les vacances permettent de se ressourcer, mais la sabbatique peut aussi servir à cette fin, sans compter qu’elle peut vous épargner un épuisement professionnel.

« Les cas d’épuisement professionnel sont beaucoup trop fréquents chez les médecins », écrit le Dr Sidney Roberts, radio-oncologue, dans le blogue destiné aux médecins, Op-Med. Pour lui, l’épuisement professionnel est un état de stress chronique caractérisé par une fatigue émotionnelle et un manque d’empathie pour les patients, accompagnés de cynisme ou de négativisme.

Dans le sondage national de l’Association médicale canadienne sur la santé des médecins, effectué en 2018, 30 p. 100 des répondants ont déclaré souffrir d’épuisement professionnel. Une sabbatique pourrait être l’occasion de vous donner à vous et à votre carrière un nouvel élan, de réfléchir à la suite de votre parcours professionnel, de revoir les raisons qui vous ont amené vers la médecine ou même d’envisager la retraite.

L’épuisement professionnel n’est pas le seul motif pour choisir la sabbatique. Vous pourriez en profiter pour étudier, parfaire vos compétences, vous familiariser davantage avec d’autres aspects de la médecine ou acquérir de l’expérience dans d’autres domaines.

Donnez-vous beaucoup de temps pour planifier

Une sabbatique n’est pas une mince affaire, et il y a beaucoup de choses auxquelles penser. Voici une liste des aspects à prévoir, et sachez que chacun d’entre eux vous demandera beaucoup de temps. Il n’est jamais trop tôt pour débuter.

  1. Les affaires continuent. – Comme dans le cas d’un congé parental, il y a des facteurs financiers à prendre en considération si votre clinique doit continuer d’accueillir des patients en plus de payer des salaires et avantages sociaux, un loyer et d’autres dépenses de bureau. Prévoyez les ressources financières nécessaires si vous envisagez d’engager un médecin qui vous remplacera pendant votre absence. Les tarifs pour la suppléance varient selon le domaine, l’emplacement et le niveau de responsabilité.
  2. Déterminez le type de congé qui vous convient. – Pendant votre sabbatique, avez-vous l’intention de travailler, d’étudier, de relaxer, de faire du bénévolat? Un peu de tout? Prendre une sabbatique pour travailler ailleurs, c’est s’offrir la possibilité d’acquérir de l’expérience et des connaissances dans le cadre de nouveaux défis tout en gagnant un autre revenu.

Si vous choisissez plutôt d’étudier, vous pourrez aussi élargir votre bassin de compétences et de connaissances à exploiter une fois de retour au travail. Enfin, une expérience de bénévolat, par exemple dans un pays en voie de développement, vous permettrait de retourner au travail avec une énergie et une perspective renouvelées.

  1. Choisissez bien le moment. – Si vous prenez un congé sabbatique trop tôt en carrière, vous risquez de ne pas en profiter pleinement. De même, si vous attendez en fin de carrière, vous n’aurez peut‑être pas la chance de mettre vos nouvelles compétences ou connaissances en pratique. Rien ne vous empêche toutefois de prendre plus d’une sabbatique si votre domaine d’exercice et vos finances le permettent.

Vous devez également tenir compte de votre famille. Voici ce que le Dr Rob Woods, urgentologue et directeur du programme de résidence en médecine d’urgence (FRCPC) à l’Université de la Saskatchewan, a écrit dans un article de CanadiEM, un site Web qui s’adresse aux urgentologues. (en anglais). Pour son congé sabbatique, il a choisi une année où ses enfants seraient assez grands pour participer pleinement aux activités, mais avant leur entrée au secondaire. « Nos enfants avaient l’âge parfait pour ce type de voyage, et ils se souviendront toujours de cette aventure [traduction] », souligne-t-il.

  1. Planifiez vos finances. – Pendant un congé sabbatique, il est probable que vous ne gagnerez pas votre revenu habituel; vous devez donc avoir un plan financier. Comme astuce, certains font en sorte que le congé chevauche deux années. En répartissant ainsi votre revenu réduit sur deux ans, vous pourrez planifier vos dépenses et les gérer en plus de payer probablement moins d’impôt. Il y a plus d’un moyen de planifier un congé sabbatique, mais nul besoin pour vous de faire cavalier seul. Votre conseiller MD* est en mesure de concevoir une stratégie de revenu et d’économie pour vous soulager de ce stress financier.
  2. Soyez prêt à remplir de la paperasse. – Attendez-vous à devoir franchir quelques obstacles d’ordre administratif et logistique dans votre planification, surtout si vous voulez partir à l’étranger. Par exemple, si vous voulez travailler, vous devrez trouver un pays où les médecins canadiens peuvent exercer, demander un permis de travail ou d’études et trouver un logement.

Sachez profiter des bienfaits de votre congé sabbatique

Réfléchissez bien aux raisons pour lesquelles vous prenez ce congé.

Par définition, une sabbatique est une période de repos, nous rappelle le Dr Roberts dans son billet publié sur le blogue Op-Med. « Marquez une pause. Soyez à l’écoute. Faites preuve d’ouverture. Ne vous contentez pas de “faire”. Découvrez qui vous êtes en dehors de la médecine. [Traduction] » Il recommande également de vous fixer des objectifs, mais de rester réaliste.

Enfin, préparez votre retour au travail

Il serait dommage que tous les bienfaits de votre sabbatique s’estompent dès que vous remettrez les pieds dans la « vraie » vie. Visualisez votre retour au travail pour éviter les surprises. Qu’est-ce que votre congé vous aura apporté qui vous aidera à regagner votre milieu de travail, frais et dispos? Le moment sera aussi peut-être bien choisi pour réfléchir aux changements que vous pourrez apporter à vos habitudes de travail.

*« Conseiller MD » désigne un conseiller financier de Gestion MD limitée (au Québec, un conseiller en placement) ou un gestionnaire de portefeuille de Conseils en placement privés MD.

Sources

Article précédent
Commencez vos études du bon pied grâce aux conseils de ces médecins et étudiants
Commencez vos études du bon pied grâce aux conseils de ces médecins et étudiants

Étudiants et médecins font le point sur ce que tout nouvel étudiant en médecine doit savoir pour réussir sa...

Article suivant
Vaincre le syndrome de l’imposteur dès les études de médecine
Vaincre le syndrome de l’imposteur dès les études de médecine

Aussi compétents et expérimentés qu’ils soient, les médecins ne sont pas à l’abri du syndrome de l’imposteu...

×

Abonnez-vous à notre infolettre

J’autorise Gestion financière MD (y compris Gestion financière MD inc., Gestion MD limitée, la Société de fiducie privée MD, la Société d’assurance vie MD et l’Agence d’assurance MD limitée), La Banque de Nouvelle-Écosse et les autres membres du groupe d’entreprises de la Banque Scotia (les « membres de la Banque Scotia ») à me faire parvenir par messages électroniques (courriels et messages texte) des renseignements au sujet de leurs produits et services, de leurs offres, de leurs événements et d’autres renseignements pertinents y compris des renseignements sur les produits et services d’autres partenaires de confiance de la Banque Scotia susceptibles de m’intéresser. Ce consentement est sollicité par Gestion financière MD et chaque membre de la Banque Scotia, y compris toute entité qui pourr
!
Merci
Error - something went wrong!