Après son divorce, une maman médecin harmonise son plan financier avec sa vie familiale

Objectif retraite avec l’aide de MD. Dans cette série d’articles, Gestion financière MD parle avec des médecins de la confiance qu’ils ont dans leur plan financier. *Histoire vécue : les noms ont été changés pour protéger la vie privée des personnes en cause.

ÉTUDE DE CAS : Dre Karla G.*, 61 ans, omnipraticienne

  • Médecin de famille de la région du Grand Toronto avec une clientèle d’environ 1 000 patients
  • Mère de quatre enfants d’âge adulte encore aux études ou récemment diplômés
  • Objectif : maintenir ses activités professionnelles (et son plan de retraite) en donnant priorité à sa famille

Un « cheminement de carrière inversé » pour la conciliation travail-famille

À la trentaine, Karla G. s’est bâti une clientèle en médecine familiale pendant que son mari de l’époque terminait sa formation de spécialiste. Le couple a ensuite déménagé et elle a laissé derrière cette clientèle pour prendre ce qu’elle appelle elle-même un « cheminement de carrière inversé ».

« Nous avions alors un enfant et la naissance de notre deuxième était imminente. J’ai donc renoncé à ouvrir un nouveau cabinet », nous confie-t-elle. Elle a plutôt travaillé à temps partiel pour d’autres médecins, fait de la suppléance ou assuré la permanence dans des cliniques sans rendez-vous.

« Ma rémunération en a souffert, mais la famille a toujours été ma priorité. D’autres auraient embauché une gardienne et continué à travailler à temps plein, mais j’ai fait un autre choix. »

Au début de la quarantaine, alors qu’elle était mère de quatre filles d’âge scolaire, le mariage de Klara a pris une tournure inattendue. Après son divorce, elle craignait qu’il lui soit impossible d’élever ses filles tout en atteignant ses objectifs de carrière et de retraite.

Un plan pour maintenir le cap après le divorce

Avant son divorce, Karla avait pleinement confiance dans le plan financier familial. « Premièrement, j’étais cliente de Gestion MD et j’épargnais depuis les touts débuts de ma carrière. J’avais confié mes épargnes à MD et à d’autres sociétés. J’avais épargné pour acheter une maison, nous avions des REER et nous mettions aussi de l’argent de côté dans des REEE1 en prévision des études de nos filles ».

En vertu de ce plan, Karla espérait reprendre ses activités professionnelles lorsque ses filles auraient grandi et constituer à ce moment une société. « La nouvelle donne m’a obligée à revoir mes plans. Je craignais de ne pas être suffisamment présente pour mes enfants », explique-t-elle.

Comment MD a aidé à recentrer le plan

Soucieuse de maintenir son plan financier en phase avec l’évolution de sa situation, Karla a sollicité l’aide de son conseiller MD* pour établir ses priorités et coordonner, le cas échéant, les interventions des spécialistes de MD. Il lui fallait notamment mettre à jour son plan successoral, rédiger un nouveau testament, dresser le bilan de ses actifs et placements, et analyser la pertinence d’éventuellement exercer en société.

« J’ai trouvé utile et rassurant d’avoir un conseiller qui nous connaissait bien, moi et mes filles, et qui comprenait notre situation. Il m’a aidé à faire les changements requis dans la bonne séquence », affirme Karla. Cette compréhension s’explique par sa relation de longue date avec MD qui l’avait accompagnée à chacune des étapes de sa vie et de sa carrière.

Karla s’inquiétait notamment de ne pas être en mesure « d’optimiser » ses REER, un problème courant chez les divorcés qui avaient dans le couple le revenu le moins élevé. « Je savais que la question de ma retraite était préoccupante et que je devais trouver une solution. J’étais inquiète. »

Évaluation de la préparation à la retraite

Le conseiller MD de Karla a modélisé plusieurs scénarios possibles en fonction de ses épargnes actuelles, de ses prévisions de revenus et des sommes disponibles pour épargne après ses dépenses.

« Il m’a dit “essayons de voir quelle sera votre situation dans 25 ans”. J’ai vu combien je pourrais verser dans mon REER. Je savais que mes cotisations seraient inférieures au maximum parce que je devais consacrer la plus grande partie de mes revenus à l’éducation de mes enfants. »

La première analyse indiquait que Karla pourrait verser des cotisations mensuelles de 1 000 $ dans son régime enregistré tout en maintenant ses heures de travail au minimum et qu’elle accumulerait ainsi suffisamment d’argent en vue de la retraite tout en continuant de vivre dans sa maison actuelle au moins jusqu’à 70 ans. La situation pourrait être révisée tous les ans. « J’ai alors compris que ma situation n’était pas désespérée et que j’allais m’en sortir, ce qui m’a fortement soulagée et a contribué à ma tranquillité d’esprit. »

Travailler dans le respect de ses choix familiaux

Il y a environ dix ans, lorsque sa plus jeune est entrée à l’école secondaire, Karla a constitué sa société, comme prévu. « J’ai façonné mon horaire de travail (9 h à 14 h) en fonction des horaires scolaires. Je voulais être capable d’aller chercher les enfants à 15 h. »

Travailleuse autonome, elle est maintenant à la tête d’un petit cabinet de médecine familiale d’environ 1 000 patients de tous les âges, du berceau à 95 ans. Karla ne fait pas d’accouchements, mais elle travaille comme assistante en salle d’opération deux jours par semaine pour arrondir ses revenus.

Ses quatre filles ont maintenant terminé leurs études postsecondaires (et épuisé leurs REEE); trois d’entre elles ont poursuivi des études supérieures de deuxième et de troisième cycle. « Les REEE ont permis de faire un bon bout de chemin, mais n’ont pas suffi… et l’argent ne tombe pas des arbres », indique Karla. Elle est cependant très fière d’avoir les moyens de contribuer financièrement aux études de ses « exceptionnelles » filles. « Je demeure leur point d’ancrage. »

La retraite à 68 ans? Peut-être

La planification financière est un processus continu. Grâce aux révisions annuelles effectuées avec l’aide de son conseiller MD, Karla sait qu’elle est en voie d’atteindre ses objectifs de retraite. En fait, son avenir financier est plus prometteur aujourd’hui qu’il y a dix ans. Grâce aux épargnes accumulées, elle pourra garder sa maison aussi longtemps qu’elle le souhaitera, ce qui la rassure, car il est important pour elle que ses enfants puissent continuer de lui rendre visite. « Si je déménageais dans une demeure plus petite, je ne pourrais plus les accueillir. »

« J’ai confiance dans mes plans », affirme Karla qui pense prendre sa retraite à 68 ans. Cependant, rien n’est coulé dans le béton. « Je ne sais pas si j’aurai des petits-enfants ni quand j’en aurai, mais si la vie m’apporte ce bonheur, j’ai la ferme intention de travailler moins. »

* * *

Un plan soigné établi avec l’aide professionnelle de conseillers qui comprennent les défis uniques qu’apporte chacune des étapes de votre carrière vous mettra en confiance à l’approche de la retraite. Nous vous invitons à lire l’article Cinq conseils pour préparer votre retraite ou à parler avec un conseiller MD qui vous aidera à établir tous les détails de votre plan, de la date cible de votre retraite aux revenus dont vous aurez besoin pour une retraite sans souci.

 

* « Conseiller MD » désigne un conseiller financier de Gestion MD limitée (au Québec, un conseiller en placement) ou un gestionnaire de portefeuille de Conseils en placement privés MD.

1 Régime enregistré d’épargne-études

Article précédent
La transition vers la pratique, ou l’importance de vous y prendre d’avance
La transition vers la pratique, ou l’importance de vous y prendre d’avance

Voici comment assurer votre transition de la résidence à la pratique vous prépare à la réussite future.

Article suivant
Vers un nouveau chapitre : se préparer pour une retraite épanouissante
Vers un nouveau chapitre : se préparer pour une retraite épanouissante

Cocher des points sur sa liste des choses à faire à la retraite ne mène pas nécessairement à une vie épanouie.

×

Abonnez-vous à notre infolettre

J’autorise Gestion financière MD (y compris Gestion financière MD inc., Gestion MD limitée, la Société de fiducie privée MD, la Société d’assurance vie MD et l’Agence d’assurance MD limitée), La Banque de Nouvelle-Écosse et les autres membres du groupe d’entreprises de la Banque Scotia (les « membres de la Banque Scotia ») à me faire parvenir par messages électroniques (courriels et messages texte) des renseignements au sujet de leurs produits et services, de leurs offres, de leurs événements et d’autres renseignements pertinents y compris des renseignements sur les produits et services d’autres partenaires de confiance de la Banque Scotia susceptibles de m’intéresser. Ce consentement est sollicité par Gestion financière MD et chaque membre de la Banque Scotia, y compris toute entité qui pourr
!
Merci
Error - something went wrong!