Étiquette à respecter sur les réseaux sociaux : cinq conseils pour les étudiants en médecine

November 8, 2018

Prenez ces mesures préventives pour protéger votre carrière, aujourd’hui et dans l’avenir

Que vous soyez étudiant en médecine, médecin résident ou médecin en exercice, les réseaux sociaux ouvrent la voie à tout un monde de possibilités. Par exemple, Twitter et Facebook vous permettent de partager et de rester au fait des nouvelles sur la recherche médicale et les soins de santé. Vous pouvez communiquer ou tisser et entretenir des liens avec d’autres membres de la communauté médicale. Vous pouvez également vous détendre et vous distraire après une longue journée de travail.

Ces bienfaits s’accompagnent cependant de certaines responsabilités, ce dont les nouveaux médecins ne tiennent pas toujours compte. Si vous ne faites pas preuve de vigilance en ligne, vous risquez de porter atteinte à la vie privée de patients, de donner l’impression de représenter votre école ou votre faculté, ou encore de mettre en péril votre réputation professionnelle naissante. Ces erreurs pourraient vous suivre pendant des années.

La bonne nouvelle? Il est facile d’éviter ces pièges, comme l’explique Ian Brasg, médecin résident de Toronto et auteur du rapport Canadian Federation of Medical Students Guide to Medical Professionalism : Recommendations for Social Media. Bien que les réseaux sociaux aient évolué depuis la publication du rapport en 2013, les règles de base demeurent les mêmes. Le Dr Brasg propose les conseils suivants pour vous protéger, vous et vos patients.

●Ne jouez pas au médecin : Acquérir des connaissances médicales est passionnant, et vous pourriez vouloir transmettre vos apprentissages à vos amis et à votre famille. N’oubliez pas cependant que vous n’êtes pas encore autorisé à exercer la médecine, que ce soit en ligne ou ailleurs. « En médecine, comme à peu près dans n’importe quel autre domaine, les étudiants ont tendance à se méprendre sur leur niveau d’expertise et à surestimer leurs connaissances », explique le Dr Brasg.

Quand des amis et des membres de votre famille utilisent les réseaux sociaux pour vous demander conseil, il est important de leur rappeler que vous n’êtes pas encore diplômé. Suggérez-leur de communiquer avec vous en privé, par exemple par téléphone ou par courriel, étant donné que discuter publiquement de problèmes de santé personnels n’est jamais une bonne idée. En fin de compte, « [les réseaux sociaux] ne sont pas un forum sécurisé pour parler de la santé d’une personne », conclut le Dr Brasg.

Protégez la confidentialité des patients : Les facultés de médecine offrent des occasions inestimables de soigner des patients sous la supervision de médecins diplômés. Aussi tentante que soit l’envie de partager ces expériences sur Facebook ou Twitter, y céder serait une violation grave de la vie privée des patients. Même si vous ne les nommez pas, communiquer de l’information sur leurs antécédents médicaux ou sur leur vie personnelle revient tout de même à trahir leur confiance. Comme le fait remarquer le Dr Brasg, « les étudiants en médecine connaissent des détails intimes sur les patients et sont témoins de moments de vulnérabilité. Ce privilège s’accompagne d’une responsabilité non seulement juridique et réglementaire, mais également morale. »

●Ouvrez un compte personnel et un compte professionnel : Bon nombre d’experts recommandent d’avoir deux identités distinctes en ligne : un compte personnel et privé pour communiquer avec ses amis et les membres de sa famille, et un compte professionnel pour interagir avec le grand public. Cette « double identité » permet aux étudiants en médecine de développer leur réseau de contacts professionnels tout en cultivant leurs relations personnelles au moyen d’autres comptes. Assurez-vous de faire une distinction claire entre ces comptes afin que les gens sachent lequel utiliser pour vous joindre. Rappelez-vous toutefois qu’aucune publication n’est jamais vraiment privée et que les commentaires que vous faites dans l’un ou l’autre de vos comptes pourraient être lus par des personnes autres que le public visé.

●Les relations professionnelles doivent le rester : Votre réseau professionnel s’élargira au fur et à mesure que vous avancerez dans vos études. En effet, vous rencontrerez des collègues, des patients et des experts dans votre domaine de spécialité. Le réseautage est une bonne chose, mais il est essentiel de maintenir un certain niveau de professionnalisme quand vous interagissez avec ces personnes en ligne. Il est par exemple préférable de ne pas accepter de demandes d’amitié de patients, anciens, actuels ou futurs, pour ne pas mettre en péril la nature délicate de la relation médecin-patient. Au lieu d’accepter leurs demandes d’amitié dans votre compte personnel, redirigez-les vers votre compte professionnel, comme un profil LinkedIn.

●Préservez votre intégrité universitaire : Les réseaux sociaux constituent un excellent moyen pour les étudiants en médecine d’organiser des séances d’étude et de discuter des progrès en médecine et en soins de santé. Bien que ces conversations soient souvent informelles, elles doivent tout de même respecter les règles d’intégrité universitaire de votre faculté. Les documents, les enregistrements audio de cours, les images et tout autre élément assujetti à des droits de propriété intellectuelle ne doivent jamais être publiés sur les réseaux sociaux.

De même, vous devez faire preuve de prudence quand vous exprimez votre opinion en ligne afin de ne pas donner l’impression de parler au nom de votre école ou de votre faculté. Selon le Dr Brasg, « quand [des étudiants] font des déclarations sur les réseaux sociaux en mentionnant le nom d’une école, le public pourrait en conclure qu[’ils] font partie du corps professoral. Leurs propos pourraient alors avoir plus de poids. »

Les réseaux sociaux constituent un excellent moyen pour les étudiants en médecine de parfaire leurs connaissances et de faire avancer leur carrière. Il faut cependant beaucoup de discipline et un sens marqué des responsabilités pour bien utiliser les réseaux sociaux – des qualités qui, étrangement, vous permettront aussi de réussir vos études en médecine.

Article précédent
Les règles sur les revenus passifs changent en 2019 : information pour les médecins exerçant en société

Les nouvelles règles sur les revenus passifs entrent en vigueur le 1er janvier 2019, et bien des médecins «...

Article suivant
Comment planifier un congé parental en tant que médecin?

Pour un médecin, il n’est pas facile de choisir le moment « propice » pour fonder une famille. Comment prév...