Skip to main content

Nouveaux médecins : cinq questions avant d’acheter votre maison

           

Un jour où l’autre, la plupart des médecins songeront à devenir propriétaires. Après avoir été locataire durant vos études et votre résidence, l’envie d’avoir votre propre maison pourrait se manifester vivement. Sans parler de la pression parfois intense pour suivre l’exemple de vos pairs et des membres de votre famille.

Pendant toutes ces années d’études et de formation médicale, vous n’avez sans doute jamais vraiment eu le temps de vous familiariser avec le monde de la finance et son jargon. Il y a une tonne d’options, de conseils et de renseignements contradictoires, et vous manquez probablement de temps pour tout démêler.

Avant d’acheter une maison, posez-vous ces cinq questions.

1. Les nouveaux diplômés en médecine devraient-ils attendre avant d’acheter une maison?

Une fois propriétaire, vous aurez les mains liées, alors commencez par évaluer le rapport entre flexibilité et engagement. Si vous avez accepté un poste dans une nouvelle ville, il faudra prendre le temps de la découvrir et d’en comprendre l’ambiance. En restant locataire, vous pourrez changer de milieu de vie et de travail plus facilement. Vous disposerez de plus de temps et de liberté pour lancer votre carrière sur des bases solides. Demandez-vous si vous voulez vraiment vous établir à cet endroit – et assumer les responsabilités (financières et autres) d’un propriétaire.

2. Les médecins obtiennent-ils de meilleurs taux hypothécaires?

Les médecins sont exactement le genre de client que les institutions financières recherchent; vous aurez donc généralement accès à des tarifs préférentiels. Cependant, il n’y a pas que les taux. Les hypothèques sont complexes et vous pourriez avoir droit à d’autres avantages. Profitez-en! Les institutions financières savent que les médecins doivent souvent s’endetter durant leur formation, et cela ne les effraie pas.

3. À quel montant de prêt hypothécaire un médecin peut-il s’attendre?

La majorité des Canadiens doivent emprunter pour acheter une maison. Les banques déterminent le montant qu’elles sont disposées à vous prêter, et toute dette d’études sera prise en compte dans ce calcul. Votre revenu potentiel pèsera également dans la balance.

À la Banque Scotia, le montant du prêt hypothécaire auquel les résidents, fellows et médecins en début de carrière peuvent avoir droit est basé sur le revenu projeté1 estimé pour votre spécialité. Ainsi, si vous êtes un résident en chirurgie et que votre revenu annuel est de 80 000 $, le montant de votre prêt hypothécaire sera basé sur celui considérablement plus élevé d’une chirurgienne.

4. Quels sont les coûts associés à l’achat d’une maison?

Mise de fonds : Vous devez verser une mise de fonds d’au moins 5 % sur la première tranche de 500 000 $ du prix d’achat de la maison, et de 10 % de la tranche supérieure à 500 000 $ (pour les propriétés valant jusqu’à 1 million de dollars). Pour les propriétés de plus de 1 million de dollars, la mise de fonds minimale est de 20 %.

Assurance prêt hypothécaire : Si votre mise de fonds est inférieure à 20 %, vous devrez souscrire une assurance prêt hypothécaire de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (une société d’État) ou de l’un des deux assureurs hypothécaires résidentiels privés, Sagen ou Canada Guaranty. Le coût typique de cette assurance varie de 2,8 % à 4 % du montant de votre prêt hypothécaire, plus la taxe de vente (à payer séparément). L’assurance prêt hypothécaire peut être ajoutée au montant de votre prêt hypothécaire ou acquittée dans sa totalité au moment de l’achat de la maison. C’est donc dire que vous économiserez un montant considérable en frais d’assurance et d’intérêts si vous pouvez verser un acompte d’au moins 20 %. 

Frais de clôture : En plus de votre mise de fonds, les frais de clôture sont d’importants coûts à payer lors de l’achat d’une maison. Dans certaines provinces, le plus élevé de ces coûts pourrait être les droits de mutation immobilière, qu’on appelle aussi « taxe de bienvenue » et qui représentent généralement de 1,5 % à 4 % du prix d’achat. Il faut aussi penser aux frais de déménagement et de notaire.  

Autres frais : Pour les médecins, les frais d’inspection sont généralement couverts par la Banque Scotia. Ces coûts peuvent varier considérablement, mais ils sont habituellement de l’ordre de 300 $ à 500 $. Votre prêteur peut exiger un certificat de localisation à jour, dont les frais peuvent varier de 1 000 $ à 2 000 $.

5. Quel est le jargon hypothécaire à connaître?

Comme la médecine, l’immobilier et les prêts hypothécaires ont leur jargon. Voici quelques notions qui vous aideront à bien comprendre les aspects du financement d’une maison.

Durée : La durée correspond à la période pendant laquelle le taux d’intérêt, les versements et les autres conditions du prêt hypothécaire sont en vigueur. La durée d’un prêt hypothécaire peut aller de trois mois à plus de dix ans, mais la période la plus courante est de cinq ans. Si vous rompez le contrat hypothécaire avant terme (par exemple, pour passer à un autre prêteur), il pourrait y avoir des pénalités à payer. À la fin du terme, le solde est échu et exigible à moins que le prêt hypothécaire ne soit renouvelé.

Taux fixe ou variable : Avec un prêt hypothécaire à taux fixe, vous connaissez votre taux d’intérêt, et donc le montant de vos versements, pour toute la durée de votre prêt hypothécaire. Au contraire, le taux variable fluctue en fonction du taux préférentiel de l’institution financière. Bien que les versements puissent être fixes, la portion du paiement qui sert à rembourser le capital plutôt que les intérêts varie en fonction du taux préférentiel. Cette fluctuation potentielle nécessite un certain degré de tolérance au risque, mais peut permettre d’économiser sur les intérêts.

Amortissement : L’amortissement correspond au nombre d’années nécessaire pour rembourser le prêt en entier. L’amortissement choisi (15, 20, 25 ou 30 ans) a un impact significatif sur le montant des intérêts à payer pendant la durée du prêt hypothécaire. Sur l’ensemble de la période d’amortissement, il n’est pas rare de renouveler le contrat hypothécaire à de multiples reprises.

Votre décision est prise?

L’achat d’une maison est au nombre des décisions les plus importantes que vous prendrez dans votre vie, et de cette décision découlera l’une de vos plus importantes responsabilités financières. En réunissant préalablement toute l’information dont vous avez besoin, vous ferez de ce processus une expérience plus agréable et vous épargnerez de l’argent.

Votre conseiller MD* peut vous aider à faire un budget et à déterminer comment intégrer un prêt hypothécaire à votre plan financier. Pensez à ce qui est le plus important pour vous et voyez si le temps est venu de prendre cet engagement. Le moment venu, consultez le portail hypothécaire en ligne eHOME de la Banque Scotia, qui vous permet d’obtenir un prêt préapprouvé, de chercher une maison, et d’obtenir un prêt hypothécaire en ligne, et ce, en un seul et même endroit2!

* « Conseiller MD » désigne un conseiller financier de Gestion MD limitée (au Québec, un conseiller en placement) ou un gestionnaire de portefeuille de Conseils en placement privés MD.

1 Le revenu projeté est une estimation du revenu moyen fondée sur des données de l’industrie et est sujet à changement. Votre revenu réel peut être différent. Certaines conditions s’appliquent.

2 Tous les prêts hypothécaires sont assujettis aux exigences de la Banque Scotia en matière de crédit, de prêts hypothécaires résidentiels et de montants d’emprunt autorisés.

Les produits et services bancaires et de crédit sont offerts par La Banque de Nouvelle-Écosse (la « Banque Scotia »). MD Marques déposées de La Banque de Nouvelle-Écosse utilisées sous licence. Consultez le site banquescotia.com.

L’information ci-dessus ne doit pas être interprétée comme des conseils professionnels en placements ou d’ordre financier, fiscal, juridique, comptable ou de nature similaire applicables en contexte canadien ou étranger, et elle ne saurait en aucun cas remplacer les conseils d’un fiscaliste, d’un comptable ou d’un conseiller juridique indépendant.