Le temps de la gestion active

February 28, 2019 Edward Golding

           

La dernière décennie a été difficile pour les gestionnaires actifs privilégiant les sociétés américaines à grande capitalisation. La Réserve fédérale s’est efforcée de maintenir à flot les sociétés lourdement endettées et l’ensemble de l’économie américaine en gardant les taux d’intérêt bas, d’où une phase haussière anormalement longue caractérisée par une très faible volatilité.

Si cette période a été exceptionnelle pour les investisseurs passifs qui se contentent du rendement des indices, elle a été pénible pour les gestionnaires actifs, car aucune action ne se démarquait vraiment.

Mais la situation évolue rapidement. Les taux d’intérêt remontent graduellement et la volatilité revient à un niveau plus normal, d’où la nervosité de certains épargnants. Toutefois, la volatilité donne aussi au gestionnaire actif la possibilité de choisir des actions susceptibles d’offrir un rendement supérieur à l’ensemble du marché.

Les titres de qualité sortiront victorieux

Prenons par exemple Walmart. La semaine dernière, l’entreprise a annoncé des ventes et des bénéfices supérieurs aux prévisions et des perspectives solides pour le reste de 2019. Malgré la détérioration de la conjoncture économique, à magasins comparables, Walmart enregistre la plus forte croissance de ses ventes au cours des neuf dernières années et aux États-Unis, celles-ci ont augmenté de 4,2 % sur un an grâce au bond prodigieux de 43 % de ses ventes en ligne.

Ces résultats sont d’autant plus étonnants que Walmart a toujours été perçue davantage comme un détaillant stationnaire et une victime potentielle des géants du commerce en ligne comme Amazon. L’entreprise a donc été très alerte et ne s’est laissé déborder ni par les progrès de la technologie ni par la croissance du commerce en ligne.

Elle a plutôt investi massivement dans la mise sur pied de ses propres canaux de distribution en ligne, élargi ses services de livraison et de cueillette d’épicerie et intégré l’intelligence artificielle à son exploitation. Walmart a aussi élargi les gammes de vêtements et d’articles de maison offertes et a accéléré son expansion dans les marchés émergents à forte croissance comme l’Inde.

La capacité des gestionnaires de trouver des entreprises dynamiques comme Walmart sera appelée à jouer un rôle déterminant dans la croissance des portefeuilles des clients. En s’appuyant sur une analyse compétente et exhaustive, les bons gestionnaires actifs sauront distinguer les entreprises porteuses de croissance même dans les périodes plus difficiles.

Choisir les gagnants

Les prévisions consensuelles sur le bénéfice par action moyen des sociétés de l’indice S&P 500 en 2019 annoncent actuellement une croissance modérée à 169 $ pour un taux annualisé de 4 % par rapport à 2018. Sans être spectaculaires, ces chiffres ne sont pas non plus mauvais.

Une recherche un peu plus poussée révèle la présence de quelques signes importants d’une croissance des bénéfices éventuellement supérieure aux prévisions consensuelles pour 2019. On prévoit pour les entreprises de l’indice S&P 500 une croissance des ventes de 5 %, ce qui correspond davantage à la croissance nominale du PIB, et aussi une croissance du bénéfice avant impôt de 5 %, car les investisseurs s’attendent à des taux d’imposition plus lourds en 2019.

Ces chiffres témoignent bien de la justesse de l’argumentaire favorable à une gestion active de qualité en 2019. Le bénéfice par actions médian de l’indice S&P 500 devrait croître de 7 % comparativement à 4 % pour l’ensemble de l’indice. C’est dans cet écart de 3 % que réside la possibilité pour les gestionnaires actifs de se démarquer en 2019.

Si l’on tient pour acquis que le bénéfice d’environ 10 % des entreprises de l’indice S&P 500 croîtra de 20 % et plus en 2019 et que celui de 4 % des entreprises de ce même groupe chutera de plus de 20 %, il s’ensuit que les gestionnaires actifs auront devant eux une belle occasion de démontrer leur capacité de choisir les gagnants dans l’environnement le plus volatil des dernières années.

Or, c’est justement là que réside la force de MD! Les portefeuilles de nos clients sont construits en utilisant une approche à deux volets : l’essentiel des portefeuilles de MD est en effet géré activement, sans pour autant délaisser complètement les stratégies passives. Nous savons que selon les périodes, un style donnera de meilleurs résultats que l’autre. Nous en sommes d’ailleurs témoins depuis presque dix ans, surtout sur le marché américain où les stratégies passives ont donné des résultats difficiles à battre.

Nous pensons cependant que s’annonce maintenant une période où la gestion active sera à privilégier sur des marchés agités par une plus grande volatilité. Nos portefeuilles ont recours à plusieurs stratégies de gestion active mises au point par plus de 20 gestionnaires actifs indépendants de partout dans le monde dont les efforts convergent pour générer un rendement supérieur à ceux des indices de référence tout en limitant le niveau de risque.

Au moment où l’incertitude augmente et la volatilité s’accentue, nos gestionnaires actifs sont prêts à faire ce qu’ils font le mieux.

A propos de l'auteur

Edward Golding

Edward Golding, CFA, MBA, est gestionnaire de portefeuille au sein de l’équipe Gestion de placements chez Gestion financière MD. Il est responsable des fonds communs et collectifs de titres canadiens, de dividendes et d’actions américaines de MD.

Plus de contenu de {{subst.}}
Vidéo précédente
Les conseillers MD : ici pour vous, encore et toujours  - Margaret Mayhew
Les conseillers MD : ici pour vous, encore et toujours - Margaret Mayhew

Depuis toujours, les médecins peuvent compter sur MD pour leur offrir des conseils axés sur leurs besoins. ...

Article suivant
Présentation du Conseil des médecins de MD
Présentation du Conseil des médecins de MD

Le Conseil des médecins de MD sera composé d’un groupe diversifié de médecins de famille, de spécialistes e...

×

Abonnez-vous à notre infolettre

Merci
Error - something went wrong!