Skip to main content

Dix habitudes pour améliorer la gestion de votre budget d’étudiant

Outre les durs efforts requis pour être admis à la faculté de médecine, votre choix de carrière exige un engagement financier à long terme, surtout si vous devez emprunter pour payer vos études. Un budget bien pensé est au nombre des moyens les plus efficaces pour protéger votre santé financière pendant vos études.

Voici dix habitudes qui vous aideront à contrôler vos dépenses, à limiter votre endettement et à réduire votre stress financier.

1. Utilisez votre marge de crédit uniquement en dernier recours.

Si vous avez une marge de crédit pour étudiant, utilisez-la uniquement en cas de nécessité absolue. Il est important de ne pas s’endetter inutilement. Utilisez d’abord les épargnes que vous avez peut-être accumulées ou l’aide éventuelle de votre famille. Demandez toutes les subventions, bourses et prêts auxquels vous pourriez avoir droit. Utilisez l’argent tiré d’un travail occasionnel (par exemple, des services de tutorat). Faites un budget pour tirer le maximum de vos ressources financières.

Astuce : Exploitez toutes les sources de revenus mentionnées dans l’article intitulé Le guide indispensable du financement des études de médecine.

2. Estimez vos dépenses totales.

Dans votre budget, faites la distinction entre les dépenses fixes et celles que vous contrôlez en partie. Votre loyer, votre forfait cellulaire et vos primes d’assurance auto sont les mêmes de mois en mois. Il est donc facile de les budgéter. Il en va de même de vos droits de scolarité.

Les autres dépenses sont variables (aliments, vêtements, entretien de l’auto, etc.) ou discrétionnaires (divertissement, restaurant, vacances, etc.) et peuvent être contrôlées. Estimez combien d’argent vous pensez consacrer mensuellement à ces dépenses et ajoutez un supplément pour couvrir les imprévus.

Astuce : Comparez vos estimations à la moyenne de votre faculté au moyen de notre calculatrice du coût des études en médecine.

3. Accordez-vous une allocation mensuelle.

Il est toujours utile de se donner un objectif. Accordez-vous une allocation mensuelle en vous appuyant sur vos prévisions de dépenses pour l’ensemble de l’année universitaire. Efforcez-vous de ne pas dépasser cette somme, achats à crédit inclus. Si, certains mois, vous n’y arrivez pas, adaptez le montant pour qu’il soit plus fidèle à la réalité.

Astuce : Réglez tous vos achats au moyen de la même carte de crédit pendant deux ou trois mois. Il sera plus facile de faire le suivi de vos dépenses, de comprendre les tendances et d’avoir un portrait précis de vos flux de trésorerie et de votre budget.

4. Assurez le suivi de vos dépenses à votre façon.

Que ce soit sur une feuille de calcul ou une simple feuille de papier, consignez vos dépenses une fois par semaine, par mois ou par trimestre. Des applications populaires et des sites en ligne facilitent la saisie des données, mais soyez prudent si on vous demande de créer un lien direct avec vos données bancaires personnelles, car vous pourriez vous exposer à des fraudes.

Astuce : Limitez votre endettement en dépensant d’abord l’argent que vous avez. Un emploi d’été ou le partage de vos coûts avec un colocataire peuvent aussi vous aider à limiter vos dettes.

5. Le prix du bonheur

Pour éviter de perdre de vue la valeur réelle de l’argent, il peut être utile de se créer un étalon de mesure personnel en vous appuyant sur le coût d’un bien qui vous procure du bonheur. Si vous êtes friand de burritos vendus 10 $, utilisez ce repère pour juger de la valeur de vos achats discrétionnaires. Cet article à 50 $ que vous convoitez vaut-il vraiment 5 burritos?

Astuce : Voyez vos dépenses sous un nouvel angle grâce aux dollars burritos!

6. Dépensez prudemment.

Le coût des aliments est souvent sous-estimé. Le prix du panier d’épicerie est à la hausse et à la longue, ces burritos de fin de soirée finissent par coûter cher! Assurez-vous d’avoir chez vous tous les produits alimentaires de base nécessaires et prenez chaque semaine quelques instants pour planifier vos repas. Vous éviterez ainsi d’aller faire votre épicerie alors que vous êtes affamés. Méfiez-vous des achats impulsifs susceptibles de plomber votre budget. Avant tout achat important, attendez 24 heures. Vous pourriez changer d’idée.

7. Un peu de recul donne une meilleure vue d’ensemble.

Vos coûts fluctueront et il y aura des dépenses imprévues, et il se peut que vous soyez forcé de revoir votre budget d’un semestre à l’autre et de planifier le paiement de nouvelles dépenses comme les frais d’inscription à un congrès ou de voyage pour suivre des formations électives (lorsque la pandémie sera finie). Vérifiez régulièrement le solde de votre marge de crédit et comparez-le à vos projections. Si la situation l’exige, réduisez vos dépenses. La situation peut changer d’un mois à l’autre, soyez à l’affût.

Astuce : Prévoyez les dépenses additionnelles de votre dernière année d’études comme les frais du Service canadien de jumelage des résidents (CaRMS), les frais de voyage et les autres frais cachés.

8. Profitez des avantages financiers qui vous sont offerts et des récompenses des programmes de fidélisation.

Soyez à l’affût de l’argent « donné » et des rabais offerts par votre association étudiante ou médicale sur les assurances, les séances de préparation aux examens, etc. De plus, la plupart des détaillants offrent des rabais aux étudiants. Il suffit de demander.

Astuce : Réglez tous vos achats avec votre carte de crédit offrant le programme de fidélisation le plus généreux et payez intégralement votre solde tous les mois, au comptant ou au moyen de votre marge de crédit.

9. Accordez-vous des gratifications.

Le bien-être mental et physique est essentiel pour survivre à l’intense pression des études en médecine. Votre budget ne devrait en aucun cas être un obstacle à votre santé et à votre bonheur. Vos besoins comptent, qu’il s’agisse simplement d’acheter du lait d’amande ou une paire de souliers de course.

Astuce : Dans votre budget, donnez la priorité à quelques rituels qui vous rendent heureux : manger un taco tous les mardis, suivre un cours de yoga le dimanche ou vous faire plaisir après chaque examen.

10. Obtenez des conseils lorsque vous en avez besoin.

Entre les nombreuses heures d’études et la surcharge d’information à absorber, vous n’avez probablement plus beaucoup d’énergie pour planifier votre avenir financier. Pourtant, il est essentiel de maîtriser quelques notions élémentaires de budgétisation. Commencez par consulter ces ressources sur les finances des étudiants en médecine et, le cas échéant, demandez l’aide d’experts.

Les conseillers MD* sont passés maîtres dans l’art d’aider les étudiants en médecine à gérer leurs finances, de leur admission à la faculté de médecine et pendant longtemps ensuite. Ils sont à votre service pour répondre à toute question ou pour vous aider à établir un plan financier. Si vous êtes en dernière année, consultez un conseiller MD sur les aspects plus complexes de votre transition vers la résidence : gestion de vos revenus, consolidation et remboursement de vos prêts, etc.

* « Conseiller MD » désigne un conseiller financier de Gestion MD limitée (au Québec, un conseiller en placement) ou un gestionnaire de portefeuille de Conseils en placement privés MD.

L’information ci-dessus ne doit pas être interprétée comme des conseils professionnels en placements ou d’ordre financier, fiscal, juridique, comptable ou de nature similaire applicables en contexte canadien ou étranger, et elle ne saurait en aucun cas remplacer les conseils d’un fiscaliste, d’un comptable ou d’un conseiller juridique indépendant.